Premiere guerre mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1078 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A - 1 – la figure de la Garçonne ou le travail féminin, retient volontiers l'idée d'une Grande Guerre émancipatrice pour les femmes. : les femmes y constituaient un peu plus du tiers (7,2 millions) de la population active. La " mobilisation " des femmes est cependant restée limitée, le personnel féminin de l'industrie et du commerce dépassant seulement de 20%, fin 1917, son niveau d'avant-guerre.Lorsque la fin du conflit apparut proche, le discours louangeur fit place au thème de la femme profiteuse, invitée à rendre la place au soldat et à retourner au foyer ou aux métiers traditionnellement féminins (la couture et la domesticité notamment).
Les femmes ne sont pas tenus à l’écart de la guerre. Les épouses remplacent le plus souvent les hommes partis au front, à l’usine et aux champs,elles jouent le rôle du chef de famille. D’autres sont infirmières ou marraines de guerre. Certaines, plus rares, combattent (résistance ou bataillon de combat sur le front russe). Les enfants n’échappent pas à la mobilisation morale au travers de l’école, des livres, de leurs jouets ou encore des emballages des friandises. En montrant que la guerre n'est pas seulement une entreprise masculine,qu'elle mobilise les femmes à des tâches impliquant compétence et responsabilité, qu'elle les engage dans des combats politiques et qu'elle est souvent suivie dans les démocraties occidentales d'un accès aux droits politiques, les premiers travaux de l'histoire des femmes (années 1960 et 1970), confortés par des enquêtes orales auprès des actrices de l'époque, ont souvent conclu au rôle de fermentde l'émancipation des femmes.
Par exemple, Louise de Bettignies En février 1915, lors d'un séjour à Saint-Omer, est contactée par un officier français qui lui propose de servir son pays en tant qu'agent de renseignement, proposition renouvelée peu de temps après par le Service britannique. Elle est aidée dans sa tâche, à partir du printemps 1915, par la roubaisienne, Marie-Léonie Vanhoutte aliasCharlotte Lameron. Cette dernière, ayant travaillé dès août 1914 à l'installation des ambulances, utilise son statut pour faire du renseignement. Elle met à profit ses voyages Bouchaute-Gand-Roubaix, destinés à transmettre des nouvelles aux familles des soldats et à distribuer le courrier, pour informer les services anglais sur les mouvements des troupes et les lieux stratégiques. A la fin dejanvier 1917, Louise de Bettignies est mise au cachot pour avoir refusé de fabriquer des pièces d'armement destinées à l'armée allemande et avoir entraîné le soulèvement de ses co-détenues. Louise de Bettignies succombe le 17 septembre 1918 des suites d'un abcès pleural mal opéré. Elle est alors enterrée dans le cimetière de Bocklemünd à Westfriedhof. Son corps est rapatrié le 21 février 1920 sur unaffût de canon.
À l’arrière des atrocités sont commises envers les civils un peu partout : viols de femmes, massacres d’otages, pillages et destructions de villages, travail forcé… Dans les zones d’occupation, elles doivent faire face aux brutalités de l’occupant (à Lille par exemple). Les violences de la première guerre mondiales ont donc touché aussi bien les civils que les combattants.
Ainsi,en plus d’élever les enfants, elles doivent travailler dans les usines d’armement, les usines de textiles pour les uniformes des soldats, et les champs pour nourrir et fournir l’équipement aux soldats.

2 - Tout d’abord, les conditions de vies au front sont très difficiles. En effet, les souffrances auxquelles les soldats font face sont nombreuses : souffrances physiques comme le gaz, le manqued’eau et de nourriture lors des attaques ainsi que le manque de sommeil. De plus, la pluie rend les tranchées dangereuses. Les soldats peuvent y mourir noyer. À ces souffrances physiques, il faut ajouter des souffrances morales tels le risque de mourir lors d’une attaque et ne plus revoir sa famille ainsi que voir ses camarades tombés sous le feu de l’ennemi. Le nombre de morts élevé lors des...
tracking img