Retrddfh

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 122 (30473 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Cahiers de la C.N.E. Actes de la Première Journée Nationale d’Ethique 15 mai 1998

L’euthanasie et l’aide au suicide
FASCICULE IV édité par Jean-Paul HARPES et Edmond WAGNER

ETHIQUE ET DEBAT PUBLIC
Préface 1. Dans nos sociétés multiculturelles, un consensus à l’égard de questions éthiques ne peut être obtenu que par l’intermédiaire d’une exploration prudente, tâtonnante de ce quel’horizon normatif des groupes et personnes représentant des clivages culturels différents présente en commun. L’ère des tactiques démonstratives et des certitudes inébranlables est révolue. Seul un équilibrage – et rééquilibrage permanent – d’exigences partagées ou rivales, confrontées à des situations concrètes et à des problèmes complexes, peut conduire à des consensus fussent-ils minimaux oufragiles. Si aucun consensus n’est possible, un débat ouvert et honnête pourra, et devrait, mener, pour le moins, au respect mutuel des positions et à la recherche de façons d’agir, adaptées aux situations concrètes, qui puissent être acceptées par tous. L’objet des comités d’éthique nationaux est de mener un tel débat. Afin, toutefois, que la discussion ne soit pas menée en cercle clos, afin qu’elleait une portée sociétale, elle doit être prolongée par un débat public. Pour cette raison, la C.N.E. décida, comme d’autres comités nationaux, d’organiser chaque année une Journée Nationale d’Ethique. 2. Ce que nous venons de dire, très généralement, au sujet des problèmes éthiques est vrai, a fortiori, pour les problèmes de bioéthique. Un bon nombre de ces problèmes, générés par les progrès de lascience, ne se posaient point il y a peu d’années. Les situations sur lesquelles ils portent sont infiniment complexes et présentent souvent des versants mal connus. Nos décisions peuvent avoir des conséquences que nous entrevoyons à peine, qui n’en peuvent pas moins avoir une incidence majeure sur le sort des générations futures. D’autres problèmes sont, en principe, aussi vieux que l’humanité. Ily avait, de tout temps, des gens qui souffraient en fin de vie et qui se demandaient, avec angoisse, s’il valait la peine de prolonger leur existence. Les questions qu’ils se posaient, et que d’autres, souffrant comme eux, se posent aujourd’hui, sont devenues plus aiguës de nos jours dans la mesure où les exigences normatives et les attitudes ont changé. Ces questions éthiques, soit inconnueshier, dictées par un contexte scientifique nouveau, soit vieilles comme l’humanité, appellent, à ne pas en douter, un débat public. Nous voudrions créer – ou pour le moins contribuer à créer – dans notre pays, la tradition d’un tel débat.

I

3. En organisant notre Première Journée Nationale d’Ethique, nous avions deux objectifs. Nous voulions mettre en lumière, d’une part, les problèmes et lesdifficultés d’un débat éthique dans une société multiculturelle et les ressources dans lesquelles pouvait puiser un tel discours. En second lieu, nous voulions faire naître – ou contribuer à faire naître – un débat public consacré aux questions qui avaient fait l’objet de notre dernier Avis : les soins palliatifs, l’euthanasie et l’aide au suicide. Nous jugions que notre Journée serait le mieuxéquilibrée si elle comportait un certain nombre d’exposés, consacrés à ces questions, et une table ronde. Tant les exposés que la table ronde étaient suivis d’une discussion générale qui, de l’avis de tous, était franche et, sans doute, fructueuse. Jean-Paul Harpes et Edmond Wagner

II

Table des matières
Le débat éthique dans une société plurielle Jean-Paul Harpes 1. L'objet de monintervention 2. Quelques notions 2.1. Discours et débat éthiques 2.2. Les notions de culture morale et de clivage moral 2.3. Une société monoculturelle ou pluriculturelle d'un point de vue moral 2.3.1. La société monoculturelle d'un point de vue éthique 2.3.2. Une société pluriculturelle du point de vue éthique 3. Pour quelles raisons le débat éthique est chose délicate dans une société pluriculturelle...
tracking img