Droits

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3444 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE 3 : NAITRE ET VENIR AU MONDE

Pour notre société le fait biologique est absolu, nous savons parfaitement comment les enfants viennent au monde. Cette certitude biologique est récente : lorsque l’on observe le temps long des sociétés. En effet, toutes les cultures ont voulu expliquer la raison de notre présence ici. Elles ont à beaucoup d’égard systématiquement mis en avant desexplications qui ne peuvent pas être rationnelles puis que justement, on est totalement dans l’ignorance de ce qui se passe dans le ventre de la mère. Ainsi, dans la tradition chrétienne l’approche de Marie, ainsi dans la tradition musulmane l’enfant endormi dans le ventre de sa mère. A défaut de pouvoir l’expliquer rationnellement, chaque société c’est inventé une histoire de l’origine du monde, ce quel’on appelle une cosmogonie.

(Section 1 : Des modèles divins ?

P.1 Cosmogonie et naissances du monde :

Il s’agit d’expliquer comment aux yeux de sociétés diverses, l’humanité est arrivée sur terre. Par quels moyens et comment d’ailleurs elle est devenue homme ou femme En effet, dans nombre de cultures, la créature primordiale est à la fois souvent homme et femme c.à.d. qu’elle peutremplir parfaitement des rôles aussi différents que féconder et porter un enfant. Parmi les cosmogonies, l’occident présente une grande variété mais on peut accorder une place particulière à la cosmogonie grecque qui a d’ailleurs largement inspirée les croyances de l’ensemble du bassin méditerranéen. L’origine du monde est liée à une étrenne sauvage entre les divinités, suivi d’un arrachementsanglant.

A l’origine, il n’y a rien : le chaos (tohu, bohu), puis va surgir une créature que l’on appelle Gaïa qui génère une créature que les grecs appelle Ouranos. L’exemple de la mythologie grecque n’est pas isolé. D’autres cultures du bassin méditerranéen mettent en avant ce type d’élément, c.à.d. le fait qu’à l’origine du monde il y a une mutilation.
Ainsi, en Egypte, l’origine du monde etl’origine de la fertilité de l’Egypte sont assises sur un meurtre, un crime originel. Il y avait 3 frères et sœur (Osiris, Isis et Seth). Seth va tuer Osiris qui s’était marié avec sa sœur Isis. Ainsi cette dernière, va tenter de « recoller » les morceaux d’Osiris, mais Seth les a éparpillé partout ce qui donna la fertilité de la terre d’Egypte. De l’amour d’Osiris et Isis est né Horus.
On retrouveailleurs en Afrique des mythologies qui elles aussi mettent en scène le créateur primordial souvent androgyne. En Afrique de l’Ouest, la mythologie des Dogon présente une cosmogonie extrêmement élaborée. Il y a au début du monde une créature nommée Amma qui va susciter la terre, or sur la terre il y a un obstacle.

On pourrait multiplier des exemples de démembrements qui permettent auxdivinités de générer après beaucoup de péripéties l’espèce humaine. Il est donc bien clair pour les cosmogonies que la violence marquant les origines du monde est une sorte d’exemple et de modèle qui loin d’être détestable doit au contraire être suivi, transcrit, imité dans la vie de l’humanité, c’est bien ainsi qu’il faut comprendre dans beaucoup cultures la place et le rôle des mutilationssexuelles et plus largement, de toutes les pratiques qui accompagnent l’affirmation sociale du texte.
En effet, il faut marquer visiblement non seulement l’adhésion aux pratiques recommandées par la divinité ou que l’on croit commander par la divinité.

P 2 L’affirmation sociale du sexe :

Il est évident que dans notre environnement occidental contemporain les mutilations sexuelles aientmauvaises presse. En effet, on impose à un enfant qui n’a pas voix au chapitre (donner son avis sur quelque chose) des atteintes à son intégrité physique. Il faut de surcroît, ajouter que ces atteintes corporelles sont très majoritairement présentées comme des éléments identitaires, des éléments coutumiers porteurs de sacralité c’est un moyen de se rapprocher de la divinité. Il est donc très...
tracking img