Ryanair et les low-cost

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (396 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Étude de cas : Ryan Air la logique du trafic

Une nouvelle logique d’affaires : les « low-fare » ou « low-cost » : les entreprises aux services à bas coût, a fait son apparition, depuis maintenantquelques années. Ryan Air en particulier, a bénéficié de l’apport d’Internet, et a lancé cette mode, qui s’étend maintenant à tous les services, location de voitures, coiffeurs, … Pourquoi Internetest-il le catalyseur d’un tel changement radical dans la façon de faire des affaires ? Si vous vous y prennez à l’avance, un vol Baden-Londres peut vous coûter 20€ aller-retour, ce qui semble incroyableà ceux qui découvrent cela pour la 1 ère fois ! Pourtant l’avion n’utilise pas un carburant spécial et inconnu, et les coûts d’essence sont les mêmes pour RyanAir que pour AirFrance. Par contre, leclient RyanAir a lui-même fait sa réservation, en ligne. Grâce à Internet, il peut en effet maintenant en 10 minutes consulter

les vols disponibles et leur prix, et commander s’il le souhaite saplace, en la payant de suite grâce à sa carte bleue. D’autre part, et c’est là la beauté du modèle, RyanAir va négocier un pourcentage des augmentations de chiffre d’affaires des aéroports hôtes, et desmagasins y siégeant. Et nous comprenons alors cette logique propre à Internet, du trafic, générateur de revenus. Si avant RyanAir, l’aéroport avait, disons pour l’exemple, 1000 passagers par jour,après, et de par l’attrait irrésistible de tels tarifs « cassés », le trafic peut peut-être aller jusqu’à décupler. En tous cas, il va au moins doubler, tripler, ou quintupler. Et ce surplus de traficse traduit par un surplus de chiffre d’affaire des magasins. Et c’est une partie de ce surplus, aussi, que négocie RyanAir. Ainsi l’équation est simple : on touche d’une part, une partie des chiffresd’affaire des magasins locaux en plus, et d’autre part, n’ayant plus autant de vente de billets hors-ligne, on économise une grosse part des charges de personnel et d’infrastructure correspondante,...
tracking img