Saint amant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (871 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Marc-Antoine Girard de Saint-Amant
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercherMarc-Antoine Girard, sieur de Saint-Amant, né au Grand-Quevilly le 30 septembre1594 et mort à Paris le 29 décembre 1661, est un poète libertin français.

Sa vie [modifier]
Fils d’un officier de marine, issu d’une famille de marchands protestants, Saint Amant, qui commandapendant vingt-deux ans une escadre anglaise, n’apprit pas les langues anciennes mais, par une curiosité naturelle, il forma son intelligence dans la société de quelques hommes instruits et appritl’espagnol, l’italien et l’anglais.

Grand voyageur, il visita plusieurs pays d’Europe, l’Amérique du Nord, le Sénégal, les Indes, parlait plusieurs langues vivantes, s’intéressait à la musique, à la peinture,aux sciences, fréquentant aussi bien les jansénistes que les libertins, le salon de l’hôtel de Rambouillet, où il s’efforçait, sous le nom de Sapurnius, de mériter ses entrées par d’ingénieusesdélicatesses, que de l’hôtel de Liancourt.

Durant sa jeunesse et son âge mûr, il hanta les cabarets avec de joyeux compagnons tels que, Faret, Colletet, Vion d'Alibray, etc. et c’est dans le bruit, labonne chère et le vin où il cherchait la plus joyeuse inspiration qu’il écrivait ses pièces bachiques, comme les Cabarets, la Chambre du débauché, la Crevaille, le Fromage, la Vigne, les Goinfres, d’uneverve si joyeuse et d’un style si haut en couleur.

Il fut lié avec le duc de Retz, le maréchal de Créqui et le comte d’Harcourt, qu’il accompagna dans ses expéditions et ses ambassades. C’est prèsde ce dernier qu’il se lia d’une amitié restée fameuse avec Faret, secrétaire des commandements du comte.

Nommé gentilhomme ordinaire de sa maison par la reine de Pologne, Marie-Louise deGonzague, il alla résider deux ans à Varsovie. Il passa ses dernières années dans un calme modeste et même, si l’on en croit Boileau (Satire I), dans une grande gêne et mourut dans la misère.

Son...
tracking img