Sc.po

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 43 (10722 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 
INTRODUCTION A LA SCIENCE POLITIQUE
La science politique est l’ensemble des résultats obtenus par l’observation  de la réalité sociale. La réalité sociale est une connexion nécessaire ; quand à l’observatoire de la réalité sociale, il faut en mesurer la relativité.
Cette science est donc la présentation des résultats, et leur interprétation. On opère le rattachement des résultats observés àdes théories, des doctrines, ce qui altère inévitablement les résultats. De plus, l’ensemble des résultats tend souvent à être présenté de manière simplifiée, qui cherche à rationaliser une réalité plus complexe.
 
La science politique a d’abord servi à corriger, interpréter et compléter les théories de droit constitutionnel, avant de devenir autonome. Cette science s’intéresse à la manière dontles règles fonctionnement, à l’environnement ; c’est une science carrefour car elle renvoie vers des directions.
 
Introduction.
 
1- La science politique.
La science politique est une science complexe par son objet. Cette complexité repose sur trois facteurs :
− les conditions d’émergence : pour qu’il y ait une science politique il faut une liberté de recherche, unedistance par rapport aux institutions.
De plus il faut que la science politique soit reconnue comme une science universitaire.
Enfin, il faut que la science politique se garde de deux dangers : se garder d’un pragmatisme obtus et myope, il ne faut pas qu’elle soit une philosophie politique.
− le territoire est complexe : certains y voient la science du pouvoir,d’autres la science de l’Etat. de plus la science politique s’intéresse aux acteurs, ceux qui de près ou de loin interfèrent dans la décision politique. Enfin, la science politique c’est l’analyse d’un processus.
 − elle est nourrie de problématiques et d’écoles, de façons de penser qui s’opposent et compliquent le territoire de la science politique.
 
 
La sciencepolitique est une science hétérogène par ses méthodes. On distingue quatre difficultés :
− l’absence de déterminisme ;
− il ne faut pas être proche de l’objet que l’on analyse, il faut opérer une rupture et prendre du recul, se doter de moyens.
C’est ce que G. BACHELARD appelle « la rupture épistémologique » ;
− il y a le risque de laquantification ;
− il faut une distanciation assortie d’esprit critique : il faut avoir la distanciation suffisante. C’est la différence entre engagement critique et engagement partisan.
 
La science politique doit être plus ouverte sur la complexité que la simplification, à l’inverse du journalisme. On a recours à l’utilisation de sources documentaires, de documents interprétés ; observationdes interviews, des sondages d’opinions, de la participation…
L’objet de la science politique est de formaliser et de systématiser des événements qui ne relèvent plus de l’anecdote, qui peuvent avoir une portée générale…
 
La science politique est une science à la recherche de son identité ; il y a aujourd’hui des conflits d’interprétation entre ceux qui disent qu’il existeune science politique, et les autres qui disent qu’il existe des sciences politiques.
 
2- Le pouvoir politique.
Le pouvoir politique c’est toute chance de faire prévaloir sa propre volonté, même contre des résistances (définition de Max WEBER).
 
La logique de pouvoir peut s’analyser sur trois plans :
− le pouvoir c’est d’abord la restriction de laliberté de B par rapport à A ;
− le rapport de pouvoir c’est aussi un rapport qui conduit à l’instauration d’échanges inégaux par nature ;
− c’est, enfin, l’imputation d’un comportement, la volonté d’imposer un comportement.
 
• La physiologie du pouvoir : on distingue trois sortes de pouvoirs :
− le pouvoir dissuasif : il s’exprime par la menace qu’il...
tracking img