Sociologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 60 (14757 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SOCIOLOGIE
(M.Liogier)

Julien Bahloul

ANNEE 2007/2008

Sociologie
Mardi 8 janvier 2008

INTRODUCTION

L’examen : prof déteste les dissertations car selon lui peu adaptées à la restitution des compétences acquises. Il y aura donc une série de petites questions : 4 à 6, choix de 3 à 5. Portent exclusivement sur le cours, pas de nécessité d’avoir des connaissances extérieures.Cours théorique, exclusivement théorique. Propre de la sociologie, c’est avant tout d’être concret. Le monde de l’abstraction, c’est le monde de la réalité quotidienne. Nous vivons dans notre quotidienne dans l’abstraction. Nous sommes incapables de décider quoi que ce soir si nous devions tenir compte de toutes les informations que nous recevons. Le cerveau en élimine, car nous en percevons trop à lafois. La sociologie est une démarche qui remonte en amont de nos simplifications quotidiennes. Expliquer ainsi des phénomènes tels que le racisme. Toute notre vie fonctionne à partir de ces abstractions. Donc la sociologie c’est l’inverse. Comprendre ce qu’il se passe dans la dynamique des choses : il nous faut des modèles pour comprendre, c’est pour cela que nous sommes théoriques. P. Bourdieudemandait à tous ceux qui voulaient faire de la sociologie, de faire au préalable leur propre socioanalyse. Sociologie = attaque en règle contre la pudeur.

Page 2 sur 33

Sociologie

Leçon numéro une : la modernité comme possibilité du développement d’une pensée sociologique.

Le concept de modernité en question. La modernité c’est le choix de choisir de vivre selon des normes qui peuventévoluer dans le temps. Comment sommes-nous arrivés à cette opération qui consiste à faire de l’auto-observation une Science ? La plupart des sociologues en prétendant analyser la société donne des visions de sociétés telles qu’ils voudraient qu’elles soient. La sociologie est toujours de la philosophie politique, il y a toujours une idée derrière. Bourdieu, au nom d’une connaissance du mondesocial qui serait acquise par le sociologue, est susceptible de nous dire comment améliorer nos rapports sociaux, découvrir les injustices = c’est la realpolitik dans l’universalisme. Véritable rupture dans la philosophie c’est au 18ème siècle : Emmanuel Kant. Détermine toute notre esthétique actuelle sur les arts et il fonde la possibilité de la science au sens moderne et donc des sciences humaineset sociales en particulier. Trois caractéristiques de la modernité : o La subjectivité, on existe que si on est un sujet. o L’objectivité : l’existence des objets. o Notion de progrès, d’historicité, d’évolution. De ces trois aspects découlent toutes les autres caractéristiques de la modernité : démocratie, individualisme, la notion d’histoire dans le sens espoir que demain sera meilleur… Ce qui setransforme ce n’est pas notre manière de connaître scientifiquement les choses, mais c’est le statut de la réalité au sens social, politique et métaphysique. Ex : Qu’est-ce qu’un statut social ? N’existe qu’au travers le regard d’autrui. Il y a des statuts temporaires, on existe avec notre statut. Nous ne pouvons échanger que lorsque nous ne sommes dotés d’un statut. La société a inventé uncertain nombre de procédures visant à stabiliser des statuts. Ce ne sont plus des statuts évolutifs comme dans un groupe, mais des statuts stabilisés. Transmission du passé, dans le présent. Le passé rend sans cesse légitime le présent. Les plus vieux deviennent les plus vénérables. Toute évolution constatée n’est pas valorisée et doitêtre écartée car détournement de la vérité originelle. Cela ne veutpas dire qu’il n’y a pas de progrès, mais pas considéré comme positif, il faut le masquer. Le temps est une dégradation de l’origine. Page 3 sur 33

Sociologie On n’acquiert pas un statut par l’acquisition de compétences mais par la transmission. Ceci vaut dans les sociétés traditionnelles : on cherche à remonter le plus loin possible dans la généalogie. Dans la Cité grecque les citoyens se...
tracking img