Soleils des independances

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1582 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La vie universitaire au milieu du XVème siècle
Procès-verbaux de la Nation de France

Introduction
De tout temps, l’Université s’est montrée ardente à poursuivre les infractions faites à ses privilèges ; mais c’est surtout au quinzième siècle, qu’elle semble donner la véritable mesure de ses forces et de sa colère. En effet, pendant la guerre de Cent Ans, l’université soutient les Anglais etle parti bourguignon or en 1446, Charles VII la soumet à la juridiction du parlement de Paris.
Le texte ici étudié est extrait du cartulaire (=l’ensemble des actes ou chartes qui garde la trace des diverses possessions, donations et archives d’une institution religieuse ou civile) de l’Université de Paris. Ce cartulaire comprend les actes de 1443 à 1456. Les évènements mentionnés ici sedéroulent durant les années 1451 et 1453. Ce sont les procureurs qui ont rédigés cet acte.
Dans ce document, il est question de l’élection d’un nouveau recteur de l’Université et des affrontements entre les étudiants et les autorités publiques.
Au milieu du XVème siècle, c’est Charles VII qui est au pouvoir. Il régna de 1422 à 1461. C’est une période de prospérité et de reconstruction de l’autoritéroyale. Le pouvoir royal est affermit.
Charles VII veut s’imposer comme souverain et la question de la liberté des universités pose alors quelques problèmes.
Nous pouvons nous demander comment s’organisait l’Université et quels ont été les problèmes rencontrés par cette institution au milieu du XVème siècle.
Dans une première partie, nous étudierons le fonctionnement de l’Université de Paris.Puis nous verrons quelles ont été les démarches juridiques lors des rivalités avec les autorités de la ville et de l’Etat.

I/ L’organisation de l’Université de Paris
1. Universitatis magistrorum et scolarum
L’universitatis magistrorum et scolarum est le titre officiel des universités au Moyen Âge.
Nous allons d’abord revenir sur ce qui se passait au XIIème siècle. Paris est le sièged’une école épiscopale, qui grandit avec l’importance croissante de Paris. Le chef de cette école est le chancelier de Notre-Dame. Il autorise un certain nombre de maître libres à ouvrir d’autres écoles dans l’Ile de la Cité et aux alentours, notamment sur la rive gauche. Mais les querelles théologiques du milieu du XIIème inquiétent le chancelier. En effet les professeurs libres se syndiquent pourlutter contre le représentant de l’autorité épiscopale, qui n’accorde plus la « licence d’enseigner » et veut les soumettre entièrement à son autorité. Le pape se prononce pour l’ « Université » nouvelle (1231), alors que le gouvernement royal est avec le chancelier. Ces luttes sont très vives et souvent sanglantes.
A partir du milieu du XIII, les universités sont désignées sous le nom de studiumgenerale ou universale, dénomination qui se réfère principalement au monopole qu’elles commencent à prendre à cette époque, pour l’enseignement de la théologie, des sciences et des lettres.
Au 13ème siècle, l'Université de Paris fut le centre d'études le plus important et le plus renommé de l'Europe entière. Elle comptait 15 à 20000 étudiants, français et étrangers.
L’Université s’occupe avecardeur de la défense de ses privilèges, tels que l’exemption d’impôts, le droit de grève (au XIIIème, il est supprimé en 1446)) ou la soumission à la juridiction universitaire et non à la juridiction royale ou épiscopale.

2. L’organisation administrative
La répartition des membres des universités en « nation » (dès la ligne 1) est l’une des principales caractéristiques des universitésanciennes. Les nations étaient à la fois des associations amicales, des confréries religieuses et de petites corporations, s’administrant elles-mêmes, à l’intérieur de la grande Université à laquelle elles appartenaient. A la tête de chaque nation, se trouvait un procureur chargé des intérêts matériels et financiers de sa nation. Les nations portaient les noms des provinces voisines de l’Université...
tracking img