Suicide

Pages: 5 (1139 mots) Publié le: 10 janvier 2013
Le suicide
***

Corrigé :

Le terme de suicide contient un jugement de valeur : homicide sur sa propre personne. C’est la raison pour laquelle le monde médical lui préfère le terme d’autolyse (du grec : destruction de soi-même).
Deux types de condamnation :
• religieuse : le suicidaire disposerait de quelque chose dont seul Dieu peut disposer, à savoir sa vie. Hume rejette cet argumentdans son Essai sur le suicide : Dieu a mis en moi les moyens d’agir sur le cours de la nature, et personne ne m’accuse de détourner les lois générales de la nature de leur cours («chaque action, chaque mouvement humain, innove dans certains domaines, et détourne de leur cours habituel les lois générales du mouvement»). Quel que soit le type d’action que j’entreprends, il ne va pas jamais contre laprovidence et c’est avec le consentement de la providence que je peux tenter de changer le cours de ma vie quand elle est submergée d’adversité. «La vie d'un homme n'a pas plus d'importance pour l'univers que celle d'une huître.» Le propos de Hume est clairement antireligieux:
« C'est chose impie, dit la vieille superstition romaine, que de détourner les rivières de leur cours, ou d'empiéter surles prérogatives de la nature. C'est chose impie, dit la superstition française, que d'inoculer la variole ou d'usurper le rôle de la providence en produisant volontairement des désordres et des maladies. C'est chose impie, dit la moderne superstition européenne, que de mettre un terme à notre propre vie, et de nous rebeller ainsi contre notre Créateur; et pourquoi ne serait-ce pas impie,répartirais-je, de construire des maisons, de cultiver le sol, de naviguer sur l'océan? Dans toutes ces actions nous employons les pouvoirs de notre esprit et de notre corps, pour produire quelque innovation dans le cours de la nature; et dans aucune de ces actions nous ne faisons quoi que ce soit d'autre. Toutes sont donc également innocentes, ou également criminelles.»

• philosophique : on accuse lesuicidaire de faire une faute de raisonnement.
Epicure (Lettre à Ménécée): la mort étant privation de la sensation, le suicidaire évalue l’avantage de sa mort du point de vue de sa vie actuelle, il fait comme s’il pouvait penser la privation de conscience (qui prolonge la privation de la sensation) comme quelque chose, alors que ce n’est rien. En arrière-plan, il y a l’idée socratique qu’on nepeut vouloir rien, un pur non-être, comme on ne peut en toute rigueur vouloir le mal qui est simple privation du bien. Epicure transpose cette idée socratique, du mal à la mort : on ne peut désirer la mort puisque, quand je désire, je désire la vie.
Kant (Anthropologie du point de vue pragmatique) : il reprend le raisonnement d’Epicure mais en accentue la condamnation morale, il passe de la fautelogique à la faute morale. Le suicidaire se trompe d’objet : il fait comme si la mort n’était qu’un évanouissement passager dont il se relèverait pour juger qu’il va mieux; de surcroît il s’en prend à sa “personne”, dont la dignité est qu’elle a une valeur absolue et pas une valeur relative comme les choses. Le suicide est donc un meurtre. Ce n’est pas une clause de style : celui qui étaitsoupçonné d’avoir attenté à ses jours était susceptible de passer en procès…
Notons l’étrangeté qu’il y a à dire du suicidé ou du suicidaire qu’il commet une erreur de raisonnement : cela paraît bien dérisoire d’opposer à quelqu’un qui se trouve en situation d’extrême dépression, une faute de raisonnement. Prétend-on par là le sauver ? Sans doute le protéger de la tentation. Le théologien protestant KarlBarth reprend dans un essai, au XXe s., les deux types d’arguments.

Hume a réponse à l’argument de l’immoralité, plus important car le précédent consistait pour lui à se placer sur un terrain qui n’est pas le sien (la providence). Ici, il y va du devoir à l’égard des autres et du devoir à l’égard de soi-même.
A l’égard des autres : un homme qui se retire de la vie ne fait pas de mal à la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Suicide
  • Le suicide
  • Suicide
  • suicide
  • Le suicide
  • suicide
  • suicide
  • Le suicide

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !