Syndrome du chien

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5738 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ville-École-Intégration Enjeux, hors série n° 8, février 2004

FORMER LES ENSEIGNANTS AUX CULTURES DES GROUPES MINORITAIRES ETHNICISÉS POUR PARTICIPER À LA LUTTE CONTRE LA VIOLENCE À L’ÉCOLE
Jean-François BRUNEAUD (*)

De nombreux travaux (Debarbieux et al., 2002 ; Dubet, Lapeyronnie 1992 ; Payet, 1996 ; Van Zanten, 2001) ont clairement fait ressortir la fracture à l’œuvre entre le monde desenseignants et celui des élèves issus des quartiers populaires français. L’écart entre les représentations et les pratiques portées par ces deux mondes distincts peut s’avérer être à la base, de la part de certains élèves, de comportements déviants ou ressentis comme tels par les agents de l’institution scolaire. Mais si cette fracture prend sa source au sein d’une logique sociale qui s’appuiesur des mécanismes de domination et de reproduction, elle s’appuie également souvent et de manière insidieuse sur des facteurs ethniques. Ainsi, un certain nombre de conflits naissent à partir d’une incompréhension mutuelle entre élèves et enseignants. Cette incompréhension est alors basée sur une méconnaissance des cultures portées par les différents acteurs ou sur des représentations stéréotypéesde celles-ci. À partir d’une recherche axée sur la construction des processus ethniques chez les Maghrébins français, nous proposons d’analyser à travers cet article quelques situations types génératrices de conflits. La recherche en question s’appuie sur une méthodologie basée sur 41 entretiens semi-directifs, 218 réponses à un questionnaire et sur des observations de type ethnographique. Lesterrains de recueil des données se situent dans les quartiers des Hauts de Garonne qui consistent, sur la rive droite bordelaise, la plus grande banlieue périphérique de l’agglomération, et des quartiers populaires de la ville de Roubaix (Alma, Cul-de-Four, Hommelet).
(*) Doctorant, ATER à l’IUFM d’Aquitaine-Mérignac, laboratoire LARSEF, Observatoire européen de la violence scolaire, universitéVictor-Ségalen Bordeaux II (France).

94

À partir de cette analyse, nous postulerons la nécessité de mettre en place dans les IUFM (instituts universitaires de formation des maîtres) des modules de formation en lien avec la notion de culture et plus particulièrement avec les cultures représentées par les principaux groupes minoritaires de France. Il ne s’agit bien évidemment pas de considérerces cultures comme des entités figées, mais plutôt comme des phénomènes socialement construits, dynamiques et en perpétuelle reconstruction. La connaissance minimale de ces cultures par les agents scolaires peut alors être considérée comme une condition, certes insuffisante, mais nécessaire pour lutter contre la violence et les déviances à l’école.

Un point de vue ethnique
Depuis quelque temps,il semblerait qu’en France l’interprétation d’un certain nombre de problèmes sociétaux, notamment dans le champ scolaire, se fasse à partir d’un glissement des facteurs sociaux vers des facteurs ethniques. Là où autrefois on rattachait les perturbations au sein de l’école à des différences culturelles définies à partir d’un clivage des classes sociales, on les interprète aujourd’hui sous l’anglede différences culturelles à connotations ethniques. Si l’institution scolaire était, selon Bourdieu, l’instrument principal de la domination d’une classe sur les autres et de la reproduction des clivages, beaucoup s’entendent pour affirmer que cette même école, si elle continue à participer à la reproduction des inégalités, est désormais entrée dans une phase de production de celles-ci qui peuventmaintenant être de nature sociale mais également ethnique. La concentration dans des espaces urbains confinés de populations issues de l’immigration, la fuite des classes moyennes des établissements scolaires de ces quartiers, l’impossibilité des populations les plus déshéritées à en sortir créent des zones ethniques et ethnicisent les établissements scolaires qui y sont présents. Ainsi, des...
tracking img