Tesson mes voyages

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3988 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Tesson, Petit Traité sur l’immensité du monde

Cette séquence peut être envisagée à la place d’une autre séquence proposée ou alors en complément.

Objectifs de la séquence :

- Dans la continuité des classes de lycée où l’étude de l’œuvre intégrale est encouragée, nous voudrions proposer pour une fois l’étude de l’œuvre intégrale plutôt qu’un groupement de textes. Il n’est paspossible de systématiser cette pratique puisqu’il faut varier les documents dans la perspective du sujet de réflexion. Mais cela permet aussi de montrer aux étudiants qu’on ne passe pas d’un texte à l’autre.
- Etudier une œuvre contemporaine qui permettra, grâce à des références explicites ou à des phénomènes d’intertextualité, de rappeler aussi de grands noms comme Montaigne ou Rousseau.- Le livre choisi montre l’actualité du thème : « le détour ». Il nous fait découvrir un écrivain voyageur d’aujourd’hui.
- Dans la continuité du lycée, l’étude de cette œuvre intégrale amène à s’interroger sur le genre de l’ouvrage : s’agit-il d’une écriture du moi, aux contours toujours fluctuants, d’un récit de récit de voyages, d’un essai ou d’un traité, comme l’annonce le titre ? Onpourra réactiver des connaissances acquises au lycée : l’autobiographie, l’argumentation. On verra comment le voyage pousse à la réflexion.
- Les étudiants auront déjà vu le voyage sert à rencontrer l’autre et à se découvrir soi-même, à travers des textes littéraires et des documents variés. Mais, là ils vont lire un auteur contemporain.

1) Une séance d’introduction :

Qui est Tesson ? Quelsvoyages a-t-il effectués ?

2) Tesson dans la tradition des voyageurs écrivains ou des écrivains voyageurs : Des exposés sur les écrivains-voyageurs : surtout au XIXème siècle : Flaubert, Nerval, Chateaubriand…

3) Un temps d’observation de la structure d’ensemble de l’œuvre : les titres des chapitres.

- Il ne s’agit pas d’un récit de voyages à proprement parler. On ne suit paschronologiquement et spatialement (mis à part deux chapitres « Les forêts du retour I, les forêts du retour II) les déplacements de Tesson. Les chapitres ne sont pas organisés selon une suite. Nous ne sommes donc pas dans un récit.
- Le plus souvent les titres des chapitres comportent des mots abstraits, des notions : « voyager contre le temps, corps et âme, la vision géographique, aux bords del’humanisme ».
- Les titres ne permettent pas non plus d’établir une suite logique, à défaut d’ordre chronologique. Le disparate semble avoir guidé l’écriture de Tesson.


D’où la question du statut de l’œuvre : il s’agit a priori d’un ouvrage théorique. L’auteur nous livre en vrac des réflexions.

Texte 1 : Etude de l’Avant-Propos 


Mot à chercher : danse de Saint Guy, la tarentelle,baladin, hobos, beatnik

Pour définir la problématique de la séance on interrogera simplement les étudiants que la place du texte dans l’œuvre. C’est un hors-texte. Sur le sens et les fonctions qu’ils attribuent à l’avant-propos.

D’où la problématique du cours : sur la justification et le programme de lecture annoncé.


a) Le plan du texte : une étape essentielle que tout étudiant en BTSdoit savoir faire pour réaliser sa synthèse

3 moments : la dénonciation du monde moderne ; la partie centrale du texte où Tesson dresse une typologie du nomadisme ; le dernier paragraphe avec un changement dans l’énonciation. Apparition du je.

b) Quelle vision du monde contemporain Tesson nous donne-t-il ? Le monde moderne : mouvement et instabilité

La première partie du texte est unconstat : tout bouge. Champ lexical du mouvement : naviguent, transhument, sont traversées, ondulatoires, migrent, on court, on vaque etc…
Cela concerne tous les domaines : dans les nouvelles technologies (vocabulaire : cyberworld, SMS, internautes, on se connecte…), les déplacements humains (hordes de rollers, tribus de vacanciers, on se mondialise, jogging, le réseau des routes, les...
tracking img