Texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (596 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Nom/prénom Le 29décembre 2011
453 West 47th Street, 2nd Floor
New York, États-Unis

Bonjour Chloé !
C’est moi, «  » . Je sors (seulement !!) decette terrible tempête de neige qu’il y a eu ici, à New York ! Tu as bien de la chance de vivre en France. Ecoute ça : il y a deux semaines, je partais à la bibliothèque pour travailler mon exposé,pendant que je travaillais, il neigea tant et tant qu’il me fut impossible, tout comme les autres lecteurs, de sortir du bâtiment jusqu'à aujourd’hui : coincé dans la « prison des rêves ».
Pendant cesquinze jours d’enfermement, je n’ai pu que lire et je me suis alors souvenue du jour où nous nous sommes avoué notre aversion pour la lecture. Mon avis à changer, et j’aimerai maintenant te fairepartager ma nouvelle passion !!
Tout d’abord, les romans permettent de s’évader !! Va a la bibliothèque la plus proche et prend par exemple, le roman de Erich Maria Remarque : A l’ouest rien denouveau. C’est le témoignage d’un homme ayant vécu la guerre de 14-18. Toutes les descriptions faites nous font vivre et partager ce que ressent l’auteur. Elles nous font palper la réalité ; vivre l’horreuren direct !!Tu auras beau me dire que « notre réalité tu en as déjà bien assez », des réalités comme celles-ci, tu n’en as jamais vécu.

De plus, le roman ou même une simple pièce peutt’intriguer !! Nous sommes alors des victimes de l’écrivain ; il écrit, et le lecteur ne peut s’empêcher de vouloir connaître la suite et la fin. Prend l’exemple de Le Tartuffe de Molière ; il raconte l’histoired’un homme qui arnaque une famille qui a été généreuse avec lui. Le lecteur veut à tout prix savoir ce qu’il adviendra de cette famille face a cette hypocrisie ingénieuse. Cette pièce nous intrigue doncénormément. Elle nous permet aussi de découvrir le mode de vie des populations du XVIIème siècle.
Cette pièce peut également nous faire réfléchir sur nos propres fréquentations, aux atrocités...
tracking img