Texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4559 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle forme de pouvoir ?
Valérie Brunel Editions La Découverte Préface à l’édition de 2008

_________________
Cet ouvrage étudie l’importation, dans les modèles et les pratiques de management, à la fin des années 1990, d’une psychologie comportementalo-humaniste, d’origine américaine. Cette importation se constateconcrètement par l’essor de pratiques comme le développement personnel et le coaching. Le travail de recherche qui a donné naissance aux Managers de l’âme fut un processus de défrichage d’un phénomène alors émergent et ambivalent. Avant d’être rangées, par une évidence partagée, au rayon « Efficacité personnelle et management », les pratiques de coaching et de développement personnel ont pu être vues commeparticipant, dans une certaine mesure, de la « critique artiste du capitalisme », pour reprendre l’expression de Luc Boltanski et Ève Chiapello 1. Elles pouvaient alors être pensées comme une alternative aux sentiments de perte de sens, d’aliénation, d’inauthenticité engendrés par la vie dans les organisations contemporaines. À notre connaissance, leur inflation dans l’entreprise au cours des années1990 était un phénomène encore peu commenté dans le champ des sciences humaines et sociales, sinon par quelques travaux pionniers en sociologie ou philosophie 2.

Le Nouvel Esprit du capitalisme, PUF, Paris, 1999. En sociologie : Alain ÉRALY, « L’usage de la psychologie dans le management : l’inflation de la réflexivité professionnelle », in Jean-Philippe BOUILLOUD et Bernard-Pierre LECUYER(dir.), L’Invention de la gestion, L’Harmattan, Paris, 1994, et Jacqueline PALMADE, « Le management postmoderne ou la technocratisation des sciences de l’homme », in Salvador JUAN (dir.), Organisation et managements en question(s), L’Harmattan, Paris, 1987. En philosophie : Michel LACROIX, Le Développement personnel, Flammarion, « Dominos », Paris, 2000. On notera toutefois que la sociologie s’étaitdéjà largement penchée, depuis vingt ans, sur le « management libéral » et ses formes d’individualisation de la contrainte : Max PAGES, Michel BONETTI, Vincent DE GAULEJAC, Daniel DESCENDRE, L’Emprise de l’organisation, PUF, Paris, 1979 [rééd. Desclée de Brouwer, 1998] ; Nicole AUBERT, Vincent DE GAULEJAC, Le Coût de l’excellence, Seuil, Paris, 1991 ; David COURPASSON, L’Action contrainte,organisations libérales et dominations, PUF, Paris, 2000 ; Jean DE MUNCK, « Du souci de soi contemporain : déformalisation, modèle régulatoire et subjectivité », in Guy BAJOIT, Emmanuel BELIN (dir.), Contributions à une sociologie du sujet, L’Harmattan, « Logiques sociales », Paris, 1997 ; Camille DESMARAIS, Les lendemains qui mentent. Peut-on civiliser le management ?, Les Empêcheurs de penser en rond,Paris, 2001 ; etc. Par ailleurs, plusieurs psychosociologues français avaient souligné les rapprochements, oppositions idéologiques et ruptures entre leurs approches et celles venant d’outre-Atlantique (comme la psychosociologie lewinienne, le courant thérapeutique rogérien ou encore des nouvelles thérapies) depuis les années 1950 (Eugène ENRIQUEZ, « Interrogation ou paranoïa : enjeu del’intervention psychosociologique », Sociologie et sociétés, vol. 9, n° 2, 1977 ; Gilles AMADO, Claude FAUCHEUX et André LAURENT, « Changement organisationnel et réalités culturelles. Contrastes franco2

1

1

En mettant en exergue un phénomène nouveau, relié à une transformation des formes de régulation sociale, le propos des Managers de l’âme consiste à comprendre les raisons de l’importation depratiques de soi dans les organisations (1re partie). Le modèle anthropologique sous-jacent à ce courant psychologique est ensuite interrogé à travers une analyse épistémologique critique qui amène à constater leur rôle en matière d’adaptation des conduites (2e partie). Afin de mettre en évidence ce que ce courant managérial produit empiriquement dans une organisation réelle, sur des individus...
tracking img