Tp nana

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9664 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
0. INTRODUCTION

1. PROBLEMATIQUE

Aujourd’hui, aucun pays dans cette période de la mondialisation ne peut prétendre vivre en autarcie, car il doit y avoir des transactions en différents pays. Les échanges internationaux sont ainsi facilités grâce à la monnaie, à travers ses trois fonctions principales dont : unité de compte, moyen de paiement et moyen d’épargne.C’est pourquoi, les pays se spécialisent et font des échanges avec les autres pour soit vendre ce qu’ils ont de trop ou soit acheter ce qu’ils ont de moins, pour ce faire les pays distincts en ressource et en technologie préfèrent se spécialiser dans les produits qu’ils fabriquent fort et bien afin d’attirer les capitaux, car les économies d’échelle ou rendement, croissants nécessitent laconcentration de manière à réduire le cout moyen. Cependant notons que le marché de négociation de la monnaie locale par rapport à celle de la monnaie étrangère fait intervenir le taux de change.

La politique de change en république démocratique du Congo, R.D.C en sigle, est basée sur la gestion du régime de change. L’exécution des opérations de change, la réalisation des recettes en monnaiesétrangères, et leur comptabilisation ad hoc, demeurent incohérentes car elles n’atteignent pas leur objectif primordial qui est celui de stabiliser la monnaie et maîtriser la circulation monétaire. Sur la marche en effet, le cadre micro-économique du pays est toujours instable.

Eu égard à ce qui précède, la préoccupation majeure de cette étude se résume autour des questions ci-après :
• En quoi consiste le taux de change ?
• Le régime du taux de change flottant a-t-il concouru à la stabilité monétaire en république démocratique du Congo ?

2. HYPOTHESES

La fonction d’une hypothèse est de diriger la recherche : dans sa moisson des réponses, li faut trouver un fil conducteur ([1]).
Dans le cadre de notre travail, nous partironsde l’hypothèse selon laquelle les mesures prises en matière de politique de change dont :

• L’instauration du régime de change flottant ;
• La libéralisation du taux de change, ont permis d’aboutir à une relative stabilité monétaire et à un équilibre des taux de change dès 2001.

3. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Le choix d’un régime de change revêt d’une grandeimportance. Il met en cause la politique économique d’un pays, ses marges de manœuvre et son mode d’ajustement macro-économique. Cependant, les mauvaises mesures en matière de régime de change ont une incidence négative sur la stabilité monétaire. C’est ainsi qu’il s’avère indispensable d’analyser les différents régimes du taux de change et de proposer les remèdes que nous estimons efficients envue de stabiliser la monnaie.

4. METHODES ET TECHNIQUES UTILISEES

Dans ce travail, nous avons eu recours à la méthode et à la technique suivante :
• la méthode descriptive : elle nous a permis de décrire les différents régimes de change et celui appliqué en R.D.C
• technique documentaire : nous a permis de consulter les différents ouvrages ayant trait à notresujet, en vue de mieux réaliser notre étude.

5. DIFFICULTES RENCONTREES

Pendant l’élaboration de notre travail nous étions butés à des difficultés suivantes : la non disponibilité de certains membres du groupe, à cela s’ajoute la méfiance rencontrée auprès du bibliothécaire.

6. DELIMITATION SPATIO-TEMPORELLE

Il ne peut être question dans ce modeste travaild’aborder ce sujet sur une longue période. Pour mieux étayer cette analyse, il est impérieux qu’on la circonscrive dans le temps et dans l’espace. Dans le temps nos investigations s’étalent de la période allant de 2006 à 2009, dans l’espace, le champ d’étude se circonscrit dans le contexte national de la R.D.C dont le cadre institutionnel est la banque centrale du Congo.

7. CANEVAS DU TRAVAIL...
tracking img