Une histoire de cartons

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (561 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Une histoire de cartons

«The special one» fait encore parler de lui, non pour ses chamailles avec les arbitres ou pour ses déclarations de feu, mais cette fois-ci pour le désormais célèbrescandale des cartons rouges. Et pourtant, tout allait si merveilleusement bien pour Mou et ses troupes en cette belle soirée de ligue des champions, les madrilènes avaient une nouvelle fois frappé forten dominant l’Ajax Amsterdam de El Hamdaoui 4-0 à l’Amsterdam Arena avec au passage un doublé de l’inévitable Cristiano Ronaldo… De bonne augure sans doute à 6 jours du choc des titans Barça-Real tantattendu, oui mais voilà, et comme les bonnes choses ne viennent jamais seules, au propre comme au figuré, le Real a tenu à nous faire vivre les 4 minutes les plus incroyables de l’histoire du foot,détrônant presque les 4 minutes de folie qui ont vu Manchester United en 1999 transformer leur retard 0-1 en victoire 2-1 face au Bayern en finale de cette même ligue des champions.
87ème minute,l’arbitre Ecossais de la rencontre Craig Thomson siffle un coup franc en faveur du Real dans sa moitié de terrain, Xabi Alonso, coutumier du fait, se précipite pour le tirer, il se saisit du ballon, ledépose tranquillement et recule en prenant un grand élan, il temporise pendant de longues secondes, s’élance puis recule … M. Thomson vient logiquement lui infliger un second carton jaune synonymed’expulsion. Alonso ne montre aucun signe de résistance et quitte gentiment la pelouse de l’Amsterdam Arena. Ça commençait déjà à sentir le coup monté …lorsque 4 minutes plus tard, Sergio Ramos décide de secharger d’un six mètre pourtant la spécialité d’Iker Casillas, lui aussi tergiverse et subit le même sort que son coéquipier. La réaction est toute aussi surprenante, Ramos ne proteste pas, il sedirige même vers l’arbitre lui serrer la main, comme pour le remercier et va rejoindre Alonso aux vestiaires. Cette fois-ci point de doute, Mourinho, en manipulateur ou en fin stratège, chacun son...
tracking img