Venise au moyen age

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1520 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Venise au Moyen Age

Venise fut une République maritime, à l'instar de Gênes, Pise et Amalfi, qui dominèrent le commerce en méditerranée et furent d'importantes puissances navales.
Mais elle fut le seul empire maritime à résister à l'usure du temps et à ne jamais plier sous la domination étrangère, jusqu'à la campagne d'Italie de Bonaparte.
Au sommet de sa puissance au XIIIè siècle, Venisedominait une grande partie des côtes de l'Adriatique, la Dalmatie, l'Istrie, beaucoup des îles de l'Égée, Chypre, Corfù, et elle était la principale puissance militaire et marchande au Moyen orient.

Au XVè siècle le territoire de la République s'étendait également sur les terres du nord de l'Italie, de Brescia à l'Istrie.

Aux siècles suivant Venise connu un déclin politique et territorial,notamment face aux turcs, mais au XVIIIè siècle, la très sérénissime resta parmi les villes les plus raffinées d'Europe, avec une forte influence sur l'art, l'architecture et la littérature de l'époque.

Fondation
Dès 1300 avant J.-C., la lagune, semble avoir été habitée.
Avant Venise étaient les Vénètes, un peuple indo-européen, vivant tranquillement en petites communautés, au sein de l'Empireromain puis de l'Empire byzantin.
Tout s'est gâté aux Ve et VIe siècles, avec l’invasion des Barbares. Les habitants de la Vénétie trouvèrent tout naturellement refuge sur ces lagunes, pas spécialement hospitalières, mais sur lesquelles les armées d'envahisseurs ne pouvaient prendre pied. Venise ne s'est pas imposée du premier coup et on ne sait pas très bien quand et comment la ville a étécréée.
Mais il semble que ce soit vers 742 à Malamocco ( Petit groupe d'habitations isolées) puis en 810 à Venise que le centre politique de la lagune se soit déplacé d'Héraclée (où a été nommé le premier doge en 697) à Venise même. Les armées carolingiennes menaçaient, et on jugea que l'îlot du Rivo Alto offrait plus de sécurité.

Lagune : Les lagunes sont des plans d'eau littoraux séparés de lamer par un cordon littoral appelé lido.
Doge : Premier magistrat, élu comme chef nominal, des anciennes républiques de Gênes et de Venise.

La cité marchande
À partir de cet embryon de ville va rapidement se développer une cité marchande qui sait tirer profit de sa situation, entre les Empires franc et byzantin, entre Occident et Orient. Habiles diplomates, les Vénitiens, bien que dépendant deByzance, instaurent à la fin du Ier millénaire une cité-État quasi autonome. Leur capital initial est le sel des salines de Chioggia (au sud de la lagune).
Ils établissent des comptoirs un peu partout autour de la Méditerranée mais aussi en Europe occidentale et s'affirment comme les premiers marchands d'Europe, concurrencés par Gênes, (l'autre) république marchande qui joue dans la mêmecatégorie. Les Vénitiens, mieux placés sur l'Adriatique pour atteindre le Levant, dopent leur flotte marchande au cours du XIIe siècle en créant l'Arsenal qui alimente la machine de guerre économique.

L’Arsenal : Lieu de construction, d'entretien et d'armement des navires de guerre.

La 4e croisade (1201-1204)
Le passage d'une dimension régionale à la dimension mondiale (du moins à l'échelle dumonde connu au Moyen Âge) se fait par une sorte de hold-up. La 4e croisade est l'occasion pour les Vénitiens de s’enrichir considérablement : les Croisés étant dans l'obligation de louer leurs bateaux pour se faire transporter jusqu'en Terre sainte, les Vénitiens ont la brillante idée de les faire payer avant le départ. La confiance règne...
N'ayant pas assez d’argent, les Croisés se font ainsiforcer la main pour aller piller Zara (l'actuelle Zadar en Croatie). Sur leur lancée, les Croisés se détournent de leur but initial, l'Égypte et la Palestine, pour mettre le cap sur Constantinople. Les Vénitiens y avaient bien quelques comptes à régler (leurs relations avec Byzance s'étaient détériorées), il existait aussi un contentieux autour de l'empereur d'Orient, mais il n'y avait sans...
tracking img