Visite de la rome antique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1678 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La ville de Rome est située au centre de la péninsule italienne. Le site même de la ville, avec ses sept collines et un espace marécageux au bord du Tibre, dans la plaine du Latium, est propice aux échanges commerciaux. Selon la légende, les jumeaux Rémus et Romulus, fils de Mars et d'une vestale, décident de fonder une nouvelle ville sur le trône de leur grand-père Numitor. Ils s'en remettentaux auspices pour savoir lequel des deux règnera sur la ville, mais une dispute éclate et Romulus tue Rémus. Cette légende prend sa forme définitive à la fin du IVè siècle av. JC. Selon la tradition, la fondation de Rome remonte à 753 av JC. Les Romains comptent les années à partir de la date supposée de la naissance de leur cité (Ab Urbe Condita).

1) Les rues de Rome

Les Etrusques quioccupèrent pendant plus d'un siècle la ville, ont fait un important effort d'urbanisation.

Il faut attendre l'incendie de Rome sous Néron, en 64 après J.-C., pour que de réels projets d'urbanisme de grande envergure permettent à Rome de devenir somptueuse. En effet, il fait reconstruire la vie avec des axes larges et aérés. Les incendies ont toujours été fréquents, et généralement ravageurs vul'étroitesse des rues et les matériaux utilisés (beaucoup de bois). C'est, ainsi, qu'au IIème siècle, Rome atteint son expansion maximale (géographique et démographique).

Selon certaines estimations, Rome compte plus d'un million d'habitants sous le Haut-Empire, la plus grande ville du monde romain. Les plus riches vivent alors dans de vastes villas, alors que les plus modestes vivent dans desimmeubles collectifs, les insulae, sans eau courante.
Même si les romains avaient une très bonne hygiène corporelle, ce n'était pas le cas de la ville. Les fontaines débordaient et l’eau arrivait sur les rues, ce qui les nettoyaient. Les latrines se trouvaient dans des lieux publics et les romains avaient des pots de chambre chez eux. Ils jetaient leurs déchets par la fenêtre. C’est pour cette raison queles trottoirs étaient très élevés.
La circulation dans les rues était très difficile, c'est pourquoi, dès l'époque de César, les charriots de livraison ont été interdits dans la journée. Du coup, leur passage sur les pavés la nuit empêchaient les habitants de dormir. Il règne aussi, dans la ville, la violence, verbale ou physique. Aussi, il n'était pas rare de trouver des mendiants ignorés detous qui meurent quotidiennement et qui sont jetés dans les fosses communes.

La foule traverse la ville, se mêle aux mendiants, aux voleurs et à tous ceux qui sont à l'affût d'un mauvais coup. Les marchands se fraient péniblement un chemin au milieu des pauvres misérables qui proposent à même le pavé de la vaisselle ébréchée découverte sans doute dans quelque tas d'ordure, des chanteurs de ruesqui braillent un air à la mode. On remarque surtout dans ce va-et-vient étourdissant les "louves" ou prostituées qui tentent d'attirer l'attention des riches amateurs. C'est dans les rues étroites et malodorantes de Rome que se trouvent les tavernes dont les comptoirs, avançant sur la voie, attirent les passants.

La circulation était dominée par cette opposition du jour et de la nuit. Dans lajournée, c'était une animation intense, une bousculade échevelée, un infernal vacarme : les barbiers rasent leurs clients au milieu de la chaussée, partout retentissent les marteaux des chaudronniers...
Lorsque le soir est tombé, il devient périlleux de circuler dans la ville désertée par les promeneurs. Ses rues, lorsqu'il n'y avait pas de lune, étaient plongées dans la plus profonde obscurité.Et seules les rues chaudes de Subure prolongent tard dans la nuit leurs activités. Encore plus terrifiants sont les abords de la ville, les nécropoles dans lesquelles brûlent en permanence les bûchers funèbres. Ces lieux sinistres servent de repaire aux prostituées les plus flétries qui cherchent fortune auprès des mendiants et des esclaves dont la tâche est de veiller sur les bûchers. On...
tracking img