Voie de l'igf 1 r

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2445 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La voie de signalisation de IGF-1R est activable par le récepteur œstrogène α activé.

Résumé :

Les œstrogènes comme le facteur de croissance insuline-like 1 (IGF-1) sont de puissants stimuli mitogènes impliqués dans de nombreux processus de contrôle de la prolifération et de la différenciation cellulaire. Les mécanismes impliqués dans l’interaction entre la signalisation via les récepteursœstrogènes et la signalisation via le récepteur de IGF-1 (IGF-1R) sont couramment un sujet d’étude mais sont néanmoins peu compris. Deux lignées cellulaires exprimant IGF-1R, COS7 et HEK 293, sont transfectées avec les récepteurs œstrogènes (ER) α ou β. Le 17β−oestradiol (E2) induit dans les cellules transfectées avec ERα, mais pas avec ERβ, une rapide phosphorylation de IGF-1R et de ERK1/2. Cettemême stimulation par E2 provoque la fixation de ERα, mais pas ERβ, à IGF-1R dans les cellules COS7 et les cellules L6, ayant une expression endogène des trois récepteurs étudiés. La présence d’un inhibiteur spécifique de la MAPKK ou la surexpression de la MAPKK inactivée inhibe cette interaction. Finalement, ERα est nécessaire pour l’induction de l’expression de la construction ERE-LUC dans descellules stimulées par lGF-1. Ainsi, IGF-1 conduit à une activation indépendante du ligand de ERα mais pas de ERβ. L’ensemble de ces résultats montre que ERα lié à son ligand active la voie de signalisation de IGF-1R.

Introduction :

Les œstrogènes comme le facteur de croissance insuline-like 1 (IGF-1) sont de puissants stimuli mitogènes impliqués dans de nombreux processus de contrôle de laprolifération et de la différenciation cellulaire. Ils agissent grâce à des voies de transduction de signaux impliquant des récepteurs.
Les oestrogènes sont des hormones stéroïdes se liant à des récepteurs nucléaires, qui une fois activés diffusent dans le noyau pour se lier à un enhancer, alors que IGF-1 se fixe à un récepteur transmembranaire à activité tyrosine kinase.
Deux récepteurs auxoestrogènes (ER) ont été identifiés : ER( et ER(. Ces deux récepteurs présentent un fort degré d’homologie dans leurs domaines de fixation à l’ADN et aux ligands, mais différent dans leur région impliquée dans l’activation transcriptionnelle. Leur capacité à activer la transcription d’un gène cible est due aux domaines AF-1 et AF-2. ER( et ER( peuvent former des homodimères ou des hétérodimères, etleur distribution dans les tissus spécifiques joue un rôle important dans les différentes réponses au 17(-oestradiol. ER( apparaît avoir un rôle majeur dans la régulation des événements liés à la reproduction.
Le récepteur de IGF-1 (IGF-1R) s’autophosphoryle après fixation de IGF-1 ce qui provoque l’activation de la voie Ras/ Raf/ MAPK. L’activation des récepteurs oestrogènes par des facteurssemblables à IGF-1 implique la voie des MAPK de par la phosphorylation directe du domaine AF-1. Ce phénomène représente une interaction potentielle entre les voies de signalisation de IGF-1R et des ER. Finalement, les oestrogènes induisent la phosphorylation des tyrosines des IGF-1R ce qui provoque une activation accrue de la voie MAPK.

Ainsi, le but de cette étude est de préciser l’interaction entreles voies de signalisation IGF-1 et œstrogène. Le mécanisme impliqué dans la communication entre les récepteurs oestrogènes et IGF-1R est donc étudié. De plus, les auteurs cherchent à déterminer si ER( et ER( différent dans leur potentiel à interagir avec la voie de signalisation de IGF-1R.

Matériel et méthodes :

Lignées cellulaires. Les lignées COS7 et HEK293, n’exprimant ni ERα ni ERβ,sont utilisées pour transfectées ces récepteurs de manière selective.
R- est une lignée de cellules fibroblastiques n’exprimant pas IGF-1R mais possédant ERα et ERβ. La lignée cellulaire L6 (myoblastes) exprime l’ensemble des trois récepteurs étudiés. L’expression des différents récepteurs a été confirmée par Western blot.
Inhibiteurs utilisés. H 1356 est un peptide analogue à IGF-1, c’est un...
tracking img