Zezez

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2707 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Copie d'une élève de TS5 (16/20) Faut-il renoncer aux désirs pour être heureux ?

Dans la société moderne axée sur la consommation et même la surconsommation, on a tendance à désirer toujours plus. Cependant lorsqu’on accède à l’objet de notre désir, nous ne sommes pas pleinement satisfaits, ce qui nous pousse à désirer autre chose. Les désirs ne cessent donc jamais car ils ne nous satisfontjamais. C’est dans ce contexte où la réalisation de nos désirs ne nous satisfait pas, ce qui nous maintient dans un manque infini et redondant, que nous pouvons nous demander si finalement les désirs ne sont pas la cause, de manière plus globale, de notre malheur, et donc si nous ne devons pas cesser de désirer pour atteindre le bonheur. Faut-il renoncer à nos désirs pour être heureux ?

Êtreheureux semble en effet être un but que chacun se fixe : avoir une vie heureuse, atteindre une satisfaction pleine et durable. On se demande si renoncer à nos désirs, c’est-à-dire abandonner, refuser de réaliser quelque chose dont on a envie mais qui ne nous serait pas nécessaire pour vivre, est en fait une condition au bonheur. Les désirs empêchent-ils d’être heureux ? Ou bien, au contraire, doit-onréaliser certains désirs pour être heureux ? Est-ce une obligation de renoncer à nos désirs pour atteindre le bonheur ou bien peut-on l’atteindre en réalisant ou pas nos désirs selon des choix personnels et singuliers ? Mais peut-on seulement vivre sans désirer ? Toutes ces questions posent un problème assez clair : on cherche finalement à savoir si nos désirs nous empêchent d’être heureux ou si,au contraire, ils mènent au bonheur.

Pour tenter de répondre à ce problème, nous allons tenter d’examiner trois thèses. Nous allons donc voir, d’abord, en quoi désirer peut être, dans une certaine mesure, à l’origine d’un malheur. Puis nous examinerons pourquoi certains désirs sont nécessaires à notre bonheur. Enfin, nous expliquerons qu’il est humain de désirer, et qu’on ne peut donc pasrenoncer à nos désirs, mais que nous pouvons essayer de les maîtriser.



(I)

On peut dans un premier temps constater, comme dit Rousseau dans la Nouvelle Héloïse, que « la possession de notre objet de désir nous déçoit ». En effet, si l’homme ressent un manque réel de satisfaction, l’objet qui pourrait le combler est uniquement basé sur de l’imaginaire : on s’imagine la satisfaction que nousprocurerait la réalisation de notre désir, ou la possession de l’objet du désir ; or cette satisfaction ne coïncide pas toujours avec le réel, ce qui entraîne une déception. Par exemple, on peut désirer ‘trouver l’amour’, s’imaginer une entente parfaite avec quelqu’un avec qui on vivrait en parfaite harmonie, mais finalement des histoires d’amour sans lendemain qui s’avèrent décevantes pourraientnous désillusionner.

D’autre part, la déception que peut entraîner la réalisation du désir est accentuée par le fait que l’homme désire désirer : combler le manque qui engendre le désir ne peut donc pas nous satisfaire puisque, comme l’écrit également Rousseau dans la nouvelle Héloïse, « Malheur à qui n’a plus rien à désirer ! ». Si l’homme comble un désir, il cherchera un autre objet du désirpour pouvoir continuer à désirer. Cela entraîne une ‘fuite en avant’ du désir. C'est-à_dire qu'on désire toujours quelque chose de plus, quelque chose de mieux, quelque chose d’autre, pour avoir toujours quelque chose à désirer. C’est le cas par exemple d’un enfant gâté. Chaque objet qui lui est offert lui apporte un plaisir éphémère, mais il s’en lasse et désire donc un autre objet, dont il vaégalement se lasser, et cela ne s’arrête jamais. Il se laisse alors entraîner et gouverner par ses désirs sans réussir à les contrôler. Cela, en plus de l’empêcher d’être heureux (car son bonheur est conditionné pas la réalisation de désirs infinis), risque de le rendre esclave de ses désirs et de son corps.

Enfin, le désir est parfois irréalisable, inaccessible (on ‘désire l’impossible’). On...
tracking img