"L' albatros" de baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (998 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire, « L’Albatros », C. Baudelaire

Charles Baudelaire est un poète de la deuxième partie du XIXème siècle. Il faisait partie de la génération des poètes maudits, c’est-à-dire noncompris par la société de son époque. En 1857 il publie Les Fleurs du mal, recueil poétique comportant deux parties dont la deuxième est intitulée Spleen et idéal, dans laquelle nous pouvons découvrirle poème « L’Albatros ». ce poème, composé de quatre quatrains en alexandrins et dont les rimes sont croisées, suffisantes et riches, a sûrement été rédigé au cours d’un voyage du pote dans l’océanIndien. Cette œuvre s’inscrit parfaitement dans le romantisme de l ‘époque étant donné que l’écrivain réussit à transmettre son désespoir au lecteur. Ainsi, dans un premier temps nous étudierons lespectacle poignant de la détresse des oiseaux et de la cruauté des marins, puis dans un second temps, nous analyserons l’image du poète et du monde qui se dégage au travers de ce poème.

L’image del’Albatros capturé évoque l’idée d’un être totalement étranger au monde qui l’entoure. L’animal éveille la cruauté et les moqueries des spectateurs qui le traitent comme une bête de foire. Ainsi sur cenavire nous pouvons assister à un spectacle poignant.
Au cours des trajets à travers l’océan, l’équipage des navires ainsi que les passagers s’ennuient et ils se divertissent cruellement à maintesreprises en se moquant des albatros d’où l’adverbe « souvent » dans le premier vers. Le verbe « prendre » a une connotation négative : en effet, il implique l’idée de capture facile et sans scrupule. Cetacte de « chasse » inexcusable souligne le comportement barbare des marins. Le onzième et le douzième alexandrin illustrent bien le manque de respect face aux albatros. L’équipage taquine l’oiseau,puis se moque de lui en reproduisant sa marche ridicule, il subit donc une douleur physique mais aussi morale. Le « brûle-gueule », désignant une pipe, appartient à un style bas et vulgaire. En...
tracking img