L'alabtros explication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2126 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
OK

La solution !

La solution consisterai à créer toutes les conditions favorables pour faire en sorte qu'un chômeur puisse travailler durant sa période de chômage. Bien que cette idée soit d'apparence utopique, elle s'avère pourtant être la solution :

Les allocations de chômage ont actuellement une durée limitée, parce que les chômeurs perçoivent des allocations sanspouvoir contribuer au système économique, et qu'il n'est pas envisageable de verser des allocations indéfiniment à des personnes qui ne travaillent pas... ce qui au final, propulse vers la précarité tous les chômeurs qui ne réussissent pas à retrouver de travail durant la période d'allocation. Pour remedier à ce problème, pourquoi ne pas proposer à un chômeur de travailler volontairement pendant sapériode de chômage, si ce travail offre des perspectives et correspond à ses attentes !

En devenant actif le chômeur pourrait obtenir une garantie illimité de ses allocations.

En devenant actif un chômeur pourrait ainsi "péréniser" ses allocations en attendant son embauche, puisqu’il serait productif, il ne serait plus une charge pour le système. Un avantage incomparable face à lasituation actuelle génératrice de précarité !

Une telle mesure libererait totalement la reprise du travail, puisque le chômeur rémunéré par ses allocations, ne coûterait rien à l’entreprise dans laquelle il souhaiterait volontairement travailler. D’une manière générale, toutes les entreprises seraient favorables à une telle proposition. Cela offrirait des perspectives insoupçonnées (plusieursmillions de poste seraient immédiatement disponibles). Avec un tel choix, et des règles d'encadrement (voir plus loin), les chômeurs pourraient apporter leur contribution dans des entreprises correspondantes exactement à leurs profils. Ils assureraient ainsi la pérennité de leurs allocations en s'insérant de manière active dans différents secteurs d’activités choisis, pendant que les entreprises,elles, bénéficieraient d’une main d’œuvre bénévole en compensation de leurs charges, pour améliorer leurs services et leurs productivité.

Quel soulagement pour toute la société active qui vit actuellement avec la peur de ne jamais retrouver de travail en cas de licenciement. Avec une telle mesure, le risque d’arriver en fin de droit et de se retrouver en situation de RMI contre sa volonté,n’existerait plus ! Un mécanisme qui offrirait une garantie de travail et donc de revenus, ce qui ferait l’unanimité auprès de toutes les couches sociales !

En devenant actif le chômeur améliore dans le même temps la compétitivité de l'entreprise.

Une mesure qui, une fois installée, reproduirait une situation équivalente au plein emploi. Cela produirai un allègement de chargesconsidérable pour les entreprises, correspondant au montant total des allocations gérée par l'unedic (~30 milliards/an) qui serait ré-injecté dans les entreprises sous forme de main d’œuvre en compensation des charges, celà permettrait à l'industrie française de se remettre à niveau en terme de compétitivité.

Avec du recul, un nouveau paysage social se profilerait dans la société française.La France développerait ainsi une formidable "garantie d'activité" en prenant en charge la première année du salarié dans l'entreprise et en permettant le renouvelement illimité de la mesure dans des entreprises différentes jusqu'a l'embauche.
[pic]
[pic]
[pic]

Plus en détail

La mesure ne concernerait pas les salariés bénéficiant d’une mesure de chômage partiel,elle concernerait :
- Demandeurs d’emploi ayant été licenciés définitivement de leur entreprise
- Rmistes souhaitant reprendre une activité
- Jeunes sans qualifiation cherchant un premier emploi
- Diplomés en sortie d'études
- Seniors proches de la retraite cherchant à rester actifs

Tout demandeur d'emploi devenant volontairement actif au sein d'une...
tracking img