L'argent, la finance et le risque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1773 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ARGENT, LA FINANCE ET LE RISQUE
André LÉVY-LANG

Auteur : André Orléan
Publication : 2006
Editeur : Odile Jacob
Nombre de pages : 236

Il s’agit pour André Lévy-Lang d’expliciter la finance, de par son utilité, le fonctionnement des Bourses, le pouvoir qu’elle offre, les risques qu’elle induit, et ceux qu’elle traite. L’expliciter, c’est aussi employer un vocabulaire adapté auxnéophytes, parce qu’avant même l’incompréhension des mécanismes, il y l’incompréhension du vocable financier, ce qui comme dans tout autre milieu technique, inquiète de prime abord.
Le rôle de la finance est de répartir des risques, et s’ils se réalisent, de les faire s’assumer par des fonds propres, des capitaux d’assurances ou tout autre réserve d’argent. L’objectif de la finance est d’utiliser lemoins de capital possible pour assurer un risque (ce qui permet d’investir plus avec un même capital puisqu’il en faut moins pour se protéger). La finance qui ne fonctionne pas bien entraîne donc à l’inverse un degré de risques supplémentaire, des excès spéculatifs, des risques insuffisamment couverts. En bon chirurgien, André Lévy-Lang parle de « maladie de la finance », précisant qu’ « il vautmieux comprendre la biologie du patient en bonne santé pour prévenir les désordres et éventuellement les soigner ». Tel est l’objectif dialectique qu’il souhaite mettre en œuvre au long des chapitres.

Cet ouvrage s’articule en trois grands moments : trois premiers chapitres posant les fondements nécessaires à la compréhension de la finance (l’argent, le temps, le risque, les acteurs et lesutilisateurs de la finance), un chapitre sur les garants de la sécurité en la matière puis une réflexion dans le dernier chapitre sur l’évolution récente de la finance et son avenir.
Les trois premiers chapitres traitent donc de concepts déjà largement étudiés en cours et en conférence, toutefois, par une approche différente, notamment en démarrant par d’importance des notions de temps et d’espace.Le temps parce que la finance accorde des risques et des financements court terme, moyen terme et long terme au quotidien et qu’une somme d’argent à t=0 n’offre plus le même pouvoir d’achat à t=1, 2… L’espace parce qu’entre les pays existe des distorsions (fluctuantes dans le temps) entre les monnaies, les législations et la stabilité politique.
Ces notions permettent de décrire les acteurs,comme le banquier par exemple, transformateur d’argent et de risques dans le temps et dans l’espace, ce qui nécessite, on le comprend très vite, de veiller à la liquidité disponible en permanence et donc d’avoir un marché interbancaire pour l’assurer. Il serait fastidieux de tout détailler (et retirerait l’intérêt de lire la moitié de l’ouvrage), mais André Lévy-Lang ne semble par faire d’oublis,décrivant minutieusement les types d’acteurs, leurs particularités, leurs impacts sur la sphère financière et la sphère réelle. Lorsqu’il traite des crédits, des produits dérivés et des effets de levier, il illustre cela par des exemples chiffrés.
En développant les utilisateurs de la finance (les entreprises et les particuliers), l’auteur ouvre le champ aux grandes notions de comptabilitésd’entreprises, de gestion de fonds de roulement et d’endettement, sans oublier quelques scandales de montages financiers illégaux célèbres comme celui qui valut la chute du géant américain Enron. Une discussion sur les notions d’actif (« valeur des moyens ») et de passif (« le financement ») est particulièrement intéressante, explicitant ce que cette typologie ne met pas en valeur à savoir les ressourceshumaines, les savoirs faire, la clientèle et la réputation. Ainsi, il explique que la finance n’est pas uniquement une affaire comptable !

Le quatrième chapitre s’ouvre sur les garants du système financier, c'est-à-dire le contrôle des acteurs afin ne pas créer les conditions d’une crise systémique. Il s’agit tout d’abord de parer aux risques d’illiquidité des banques en contrôlant la...
tracking img