L'intersigne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1422 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
• Caractériser le fantastique étrange
On aura intérêt à prendre en compte les représentations
que les élèves ont du fantastique, le terme étant utilisé
dans des acceptions très diverses.
Une première constatation s’impose : le fantastique
naît dans un univers qui représente le réel, la réalité
quotidienne. C’est le rôle des effets de réel dans notre
récit.
Dans cette représentations’introduit une faille, un
phénomène étrange. Chaudval modifie la vision du réel
(l. 106 à 119, p. 77-78), le miroir lui renvoyant un paysage
maritime. Par ailleurs, l’incendie lorsqu’il est saisi
par Chaudval n’a pas la même valeur que lorsqu’il l’est
par le narrateur.
Le fantastique de ce récit est engendré par la double
focalisation (point de vue du narrateur et point de vue
de Chaudval). Lephénomène étrange trouve cependant
très vite une explication logique qui permet au lecteur
VÉRA ET AUTRES NOUVELLES FANTASTIQUES 233
de ne pas mettre en cause la réalité représentée. Chaudval
est victime d’une hallucination issue de sa folie naissante
(« Le long miroir se déforma donc sous ses yeux
chargés d’idées troubles et atones », l. 111, p. 77).
On appellera « fantastique étrange » cetteintrusion
du surnaturel dans le réel qui s’explique finalement
logiquement, ici par la folie du personnage. L’effet fantastique
se produit mais trouve très vite son explication
rationnelle.
• Repérer les unités et les séquences narratives
en les justifiant et en leur donnant un titre
– Première unité (l. 1 à 2, p. 25) : citation de la Bible
qui relie l’amour et la mort avec commentaire dunarrateur
(présent de vérité générale).
– Deuxième unité (l. 3 à 211, p. 25-32) : retour de
l’enterrement (« La gêne des premiers jours s’effaça
vite »).
• Séquence 1 : l. 3 à 37. Retour dans la chambre de la
morte.
• Séquence 2 : l. 38 à 56. Analepse 1 : le jet de la clef
sur les dalles du caveau (« Vers midi »).
• Séquence 3 : l. 57 à 85. Méditation dans la chambre
(« Et maintenant»).
• Séquence 4 : l. 86 à 139. Analepse 2 : la première
rencontre et la vie du couple (« Les heures passèrent
»).
234 UN RECUEIL DE NOUVELLES
• Séquence 5 : l. 140 à 211. Le refus de la mort de
Véra.
– Troisième unité (l. 212 à 280, p. 32-34) : la vie
comme si Véra n’était pas morte (« Une année s’était
écoulée »).
– Quatrième unité (l. 281 à 423, p. 34-38) : le soir de
l’anniversaire.
•Séquence 1 : l. 282 à 382. La soirée d’anniversaire
avec Véra plus vivante que jamais (« Tout à coup »).
• Séquence 2 : l. 382 à 417. La prise de conscience de
la mort de Véra (« Soudain »).
• Séquence 3 : l. 418 à 423. La présence insolite de la
clef dans la chambre.
• Relever un effet de réel. Quelle est sa fonction ?
Dans la description initiale, le narrateur situe son
récit à Paris,faubourg Saint-Germain, un soir d’automne,
dans les dernières années du XIXe siècle. Cette
représentation d’un univers connu du lecteur amène ce
dernier à s’identifier, à croire à l’histoire et à accepter
par la suite les événements étranges.
• Étude de la focalisation.
Y a-t-il plusieurs points de vue ?
La focalisation est une focalisation zéro. Le récit est
pris en charge par le narrateurmais il nous livre le point
de vue du domestique Raymond et celui du comte par
des monologues intérieurs.
• Relever une analepse. Quelle est sa fonction ?
Le récit présente deux analepses. La première
raconte le geste du comte dans le caveau lorsqu’il jette
la clef sur les dalles à l’intérieur. Cette analepse permet
de préparer la fin de l’histoire et de rendre inexplicable
la présence dela clef, un an après, dans la chambre de
Véra. La seconde analepse raconte le passé des amants,
VÉRA ET AUTRES NOUVELLES FANTASTIQUES 235
leur première rencontre, leurs six mois de vie commune et
leur fusion dans une passion hors du commun. Ce passé
explique l’impression constante du comte de ne faire
qu’un avec Véra et permet d’illustrer la citation initiale
tirée de la Bible, qui...
tracking img