T.e.l. le caire 08. x.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1367 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Où veut-on en venir ? Dans quelle sorte de société de merde est-on en train de nous précipiter ? Le sort actuel des jeunes Maghrébins de la seconde génération est, à cet égard, exemplaire. Nés en France ou y vivant depuis leur enfance, ils sont aujourd’hui un million cinq cent mille à être pris pour cibles, non seulement par les flics en uniforme, mais aussi par les flics miniatures implantésdans la tête de tout un bon peuple en mal de sécurité. Inutile de leur mettre des étoiles jaunes, on les détecte au premier regard, au feeling. Objets de haine et de fascination, l’inconscient collectif les a relégués dans ses zones d’ombre les plus inquiétantes. Ils incarnent tous les maléfices de notre société, toutes les incertitudes de la situation présente. Alors que, dans le meilleur des cas,les travailleurs immigrés de la première génération – vous savez, ceux que l’on voit sur les chantiers avec leurs pelles, leurs marteaux piqueurs, leurs cirés jaunes et leurs gamelles – relevaient d’une sorte de « complexe de l’Oncle Tom », fait de compassion et de mépris, ces jeunes sont vécus comme une nouvelle race de fauves urbains, qui risquent de contaminer, par leur exemple, la partie laplus exposée de notre blanche et saine jeunesse. Leur vitalité provocante est subversive en tant que telle ; leur bronzage permanent est ressenti comme une provocation. Et puis, c’est énervant, on dirait qu’ils sont constamment en vacances ! Ils semblent aller et venir à leur guise. Il n’est évidemment pas question de réaliser que leur « disponibilité » apparente et, pour quelques-uns, leurdélinquance résultent principalement de leur exclusion sociale, du chômage et de la nécessité, fréquente pour nombre d’entre eux, d’échapper au quadrillage territorial. Il est toujours plus facile de criminaliser les victimes et de fantasmer sur leur dos que de faire face aux réalités !

Pour exorciser un tel phénomène, pour chasser cette jeunesse de ses rues et de son imaginaire, la société française arecours à tout un éventail de rituels conjuratoires, de comportements sacrificiels et aussi de mesures discriminatoires d’ordre policier et administratif. Il y a les fantasmes de pogrom, parallèles au discours manifeste des médias. Tout haut, on parle de quotas, de « vrais problèmes », qui seraient mal posés par les élus communistes, tandis que, tout bas, on rêve de chasse à l’homme : « Il faudraitleur couper les couilles à tous ces types-là, pour qu’ils laissent enfin tranquilles nos femmes et nos filles. » Les actes « manqués » de plus en plus fréquents, les bavures policières et les exploits des tenants de l’autodéfense, comme par hasard, atteignent presque toujours des immigrés. Il y a la réalité pénitentiaire : 75 % des détenus mineurs portent un nom arabe. Et il y a la solutionfinale ou que l’on imagine telle : l’expulsion massive.

Sous le premier prétexte venu, les jeunes Maghrébins – plutôt les jeunes gens que les jeunes filles, qu’on espère peut-être récupérer et assimiler – sont expédiés de l’autre côté de la Méditerranée, où ils se retrouvent dans des pays qu’ils ne connaissent pratiquement pas, au sein desquels ils n’ont pas d’attaches véritables et qui, d’ailleurs,ne souhaitent nullement leur venue. Dans ces conditions, 90 % d’entre eux reviennent en France aussitôt que possible et par n’importe quel moyen. La France est leur territoire, sinon leur patrie ; ils y ont leurs amis, leur mode de vie bien particulier. Ils savent qu’un jour ou l’autre ils seront repris par la police, mis en prison et réexpulsés, mais ils n’ont pas d’autre choix.

Sans lalucidité et la détermination d’une poignée de prêtres, de pasteurs et d’anciens militants anticolonialistes, l’opinion publique aurait continué d’ignorer totalement l’existence de cette noria absurde et monstrueuse. Pour parvenir à se faire entendre, certains d’entre eux n’ont pas trouvé d’autres moyens que d’entamer une grève de la faim illimitée – c’est-à-dire jusqu’à la mort. Leur objectif,...
tracking img