Y-a-t il encore des intellectuels en france ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5870 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Il convient tout d’abord de donner une définition précise et concrète du terme « intellectuel » souvent utilisé comme « fourre-tout » pour plusieurs notions différentes non appropriées à la définition que nous utiliserons pour notre TPE.

Nous remarquerons en premier lieu une définition principalement fondée sur des appartenances à des catégories socioprofessionnelles. On définit alors unepersonne comme intellectuelle en ne se référant qu’à sa formation, ses connaissances, ou sa place dans la hiérarchie des groupes sociaux. Evidement, cette définition ne s’applique pas qu’aux hommes de lettres, aux artistes ou aux scientifiques. Elle est beaucoup plus extensive on peut alors citer un moine du moyen âge comme étant un intellectuel de son temps. C’est justement cet aspect trop large duterme que nous ne retiendrons pas dans la définition de « l’intellectuel ».
Nous observerons aussi une deuxième signification du terme qui tend déjà vers le concept que nous cherchons à mettre en lumière.
Celle-ci hisse l’intellectuel au rang de personne ayant une intervention sur le terrain politique et spirituel des populations, ne le réduisant plus à une simple appartenance sociale.
Ilaura alors une action sur le terrain qui se devra d’être d’emblée manifeste. Il ne sera pas l’homme qui pense (« il ne le sera plus », selon certain polémistes), mais celui qui arrive à communiquer et à faire entendre une pensée: « Les idées mènent le monde, leur force d’entraînement est liée à l’intensité de la conviction et à la qualité de ceux qui l’expriment » a pu dire Pascal Ory.
Une visionrestrictive se cacherait alors derrière cette définition, décrivant alors « l’intellectuel  comme l’incarnation de l’esprit critique, l’empêcheur de penser en rond, face à tous les conformismes, et donc par suite obligatoirement face à l’ordre établi » selon Jean Paul Sartre.
Notre définition se rapproche étroitement de celle-ci, à quelques nuances près.
Notre « intellectuel » sera donc unhomme de culture quelles que soit ses origines sociales. Il sera créateur et médiateur, producteur ou consommateur d’idéologies. Il pourra être présent sur la scène politique, et initiateur des évolutions de la société. Il ne sera pas une simple catégorie socioprofessionnelle mais plutôt un homme transcendé par une volonté individuelle et tourné vers un usage collectif.

Il semble avant toutpertinent de donner les origines et le contexte dans lequel ce terme est né tant elles sont liées à une période importante de l’histoire française.
En effet, il est né lors de l’affaire Dreyfus en 1898, événement qui divisa la France en deux entre les Dreyfusards et les antidreyfusards animés respectivement pas Zola et Barrès, les deux jeunes écrivains les plus populaires de l’époque.
Les unsclamaient l’innocence d’Alfred Dreyfus et demandaient un procès équitable pour ce dernier. « Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose me traduire en justice et que l’enquête ait lieu au grand jour » a pu dire Emile Zola.
Les autres, dans le clivage antisémite de l’époque, étaient persuadés de la culpabilité du lieutenant Dreyfus.
Nous nous trouvons à une période dedémocratisation de la presse, et tous les échanges entre les intellectuels des deux camps passaient par celle-ci. On notera que le 13 janvier 1898, Zola publie « J’accuse ! » en première page de l’Aurore. Cependant à aucun moment le terme « d’intellectuel » n’est utilisé. L’affaire grossit et prend une ampleur nationale; des listes se créent en faveur d’Alfred Dreyfus. Elles sont principalement constituéesd’universitaires, d’écrivains renommés et engagés (André Gide), et plus particulièrement de diplômés.
Il faudra attendre le 23 janvier, soit 10 jours après le début de la polémique ouverts par « J’accuse » pour que quelqu’un emploie ce terme. C’est Clémenceau lui-même qui fera paraître dans «La Revue Blanche » un article intitulé « N’est-ce pas un signe, tos ces intellectuels venus de tout les...
tracking img