Épicurisme

Pages: 12 (2751 mots) Publié le: 14 avril 2011
Etymologiquement le bonheur veut dire bonne chance ? Le bonheur est-il affaire de chance ? Peut-on
penser alors que le bonheur est entre les mains du hasard ou du destin ?
L’Antiquité s’interroge déjà sur cette problématique.
La pensée antique présente la morale –ce que l’on doit faire- comme la réalisation de notre nature. On parle
d’éthique : art de conduire droitement sa vie en seconformant à la nature ou à Dieu. Pour les anciens, tous les
êtres de la nature ont une sorte de devoir à accomplir. Si la graine était consciente, elle ressentirait le fait de
devenir fleur comme son devoir, mais ce n’est pas le cas ; elle n’a la liberté pas de faire des choix pour réaliser sa
nature : elle sera ce qu’elle doit être. L’homme lui dispose de liberté en ce sens qu’il peut très bienrefuser
d’accomplir sa nature, devenir un être dépravé, mauvais.
Par exemple, le véritable bonheur, pour les sages, c’est la réalisation de son âme, de sa nature qui passe par la
recherche de la justice, de la tempérance, de la bienveillance, toutes les vertus qui permettent d’accomplir son
âme. Pour les autres, toutes ces vertus sont de pesants devoirs, des contraintes, auxquels ils tententtoujours
d’échapper.
Pour la réflexion antique, le but de la vie humaine est le bonheur. L’eudémonisme -conception qui fait du bonheur
le souverain bien- prône donc que l’accomplissement de ses devoirs est une condition nécessaire à l’obtention du
bonheur.
A contrario, la vision chrétienne et parfois la vision contemporaine, transfigurent ces valeurs : Pour le chrétien, le
bonheur n’est pas cemonde : le monde temporel est celui du malheur et de l’épreuve, seuls l’au-delà et la cité de
Dieu seront source d’un bonheur éternel. Le but de l’existence sur terre n’est donc pas d’être heureux, mais de se
sauver. Le bonheur devient une espérance liée à la foi et au salut. Salut et espérance remplacent l’eudémonisme
antique, l’accord profond de l’homme et de la nature. Au naturalisme grec vas’opposer le malheur de la
conscience chrétienne. Quand l’hellénisme s’attache au Bien et au bonheur, le christianisme conduit à abandonner
l’idée grecque d’un bonheur ici bas et celui-ci devient une espérance liée à la foi et au salut.
Par ailleurs, le monde antique n’a pas la même conception de Dieu, de l’Ame et du Monde : Le monde dans
l’Antiquité est conçu comme un espace fini, clos quienferme le temps. Celui-ci n’est pas homogène. En
particulier tout ce qui se passe sur terre est soumis à une loi de dégradation : tout s’abime, se désorganise, vieillit,
meurt et finit par disparaître. Alors que dans le cosmos, c’est le règne de l’éternité, du mouvement parfait : si je
lance une balle sur terre, elle décrit des figures de plus en plus irrégulières et réduites et finit par s’arrêter,alors
que les astres sous le regard des anciens, n’en finissent pas de produire des mouvements identiques et parfaits.
Mais les hommes ne sont pas encore à même de connaître le sens de tout cela : pourquoi y a t-il corruption sur
terre ? (orage, tremblement de terre, vieillissement, maladie, mort..). Faute de connaître la cause, ils l’inventent.
Leur imagination produit des réponses à la foisnaïves et riches. Ce sont les dieux, êtres à l’image de l’homme qui
sont nés dans le domaine de l’éternité et n’en finissent pas de jouer avec les hommes pour « passer le temps » et
leur « désir de pouvoir »..
Tout va dès lors consister à trouver le sens de tout ce qui nous arrive, autrement dit décoder ce que veulent les
Dieux pour ne surtout pas les contrarier et apprendre à vivre sous lamenace permanente de leur vengeance.
C’est ainsi que naissent les mythes et leurs traditions qui se transmettront de génération en génération pour que
chacun apprenne à se préserver. Mais avec la prudence, c’est aussi la crainte qui se transmet. A cette époque où
l’on meurt pour un oui pour un non, l’homme n’est pas heureux car il vit dans la précarité et l’insécurité ; il vit
sous la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Epicurisme
  • Epicurisme
  • Épicurisme
  • Epicurisme
  • Épicurisme
  • epicurisme
  • Stoïcisme et epicurisme
  • Stoicisme et epicurisme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !