Analyse critique du texte de calvès a.-e. (2007) : « trop pauvre pour se marier ? crise de l’emploi urbain et entrée en première union des hommes au burkina faso », population, vol.62 (2) : 339-359.

Pages: 10 (2382 mots) Publié le: 16 avril 2011
Analyse critique du texte de Calvès A.-E. (2007) : « Trop pauvre pour se marier ? Crise de l’emploi urbain et entrée en première union des hommes au Burkina Faso », Population, vol.62 (2) : 339-359.
-------------------------------------------------

A - Carte d’identité de l’étude

Dans son article « Trop pauvre pour se marier ? Crise de l’emploi urbain et entrée enpremière union des hommes au Burkina Faso », Calvès s'intéresse à l'entrée en première union des jeunes hommes du Burkina Faso. Selon elle, la crise économique que connait le pays depuis la fin des années 1980 et la précarité l'emploi qui en découle – taux de chômage élevé, saturation du marché du secteur formel, la surreprésentation des jeunes dans les activités informelles – sont susceptibles« d’avoir des répercussions importantes sur d’autres aspects de leur vie, notamment leur entrée en union » (p.340). Ce fait semble être corroboré par d'autres études, qualitatives ou qualitatives, portant sur l'ensemble de l'Afrique sub-saharienne. En effet, ces études ont noté, entre autre, un recul de l’âge lors de la première mise en couple et ont montré que la crise de l’emploi urbain devient unfrein au mariage car celui-ci demande un certain investissement financier. La question origine de Calvès, quant à elle, ne se concentre uniquement que sur un pays particulier et une population bien spécifique. De fait, elle tente de « mieux cerner les changements survenus dans le processus d’entrée en première union des hommes dans le contexte de la dégradation du marché de l’emploi dans les deuxpremières villes du Burkina Faso » (p.340). L’auteur reformulera sa question d’origine comme suit : « Quelles sont les répercussions de cette détérioration des conditions d’emploi des jeunes citadins depuis le début des années 1990 sur leur mise en couple ? » (p.342).

Les principaux concepts exposés par l'auteur dans sa question d’origine et ses hypothèses sont : les jeunescitadins, l'entrée en première union et la détérioration des conditions de l'emploi. Le premier concept concerne la population concernée par l'étude de Calvès. Celle-ci précise qu’il s’agit de jeunes hommes âgés de 24 à 35 ans au moment de l'enquête, soit ceux nés entre 1965 et 1974 (p.344). Ces hommes habitent l'une des deux principales zones du pays à savoir Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, considéréescomme les grands centres urbains du pays en raison de la taille de leur population, de leur profil d’activités socio-économiques et du niveau d’accès aux services (p.343). Tout au long de son analyse, notons que l'auteur parlera de cette population cible en terme de cohorte 1965-1974. Ce concept se mesure donc par le nombre de personne composant cette cohorte.

Le deuxième concept signifie « lepassage du célibat au statut socialement reconnu de "marié" » (p.343). Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'auteur souligne que « l'entrée en union est un processus plutôt qu'un événement unique » (p.343). Ce concept s'observe donc à partir des différentes étapes qui jalonnent le processus matrimonial : la cohabitation et les différentes célébrations (religieuse, traditionnelle etéventuellement civile). Il peut être observé également par d'autres indicateurs comme l'âge de l'homme lors de son entrée en première union, la manière dont les hommes initient le processus et le calendrier des diverses célébrations qui peuvent être simultanées ou espacées dans le temps.

En ce qui concerne le dernier concept cela est plus flou. L’auteur nous parle de détérioration des conditions del’emploi. Celle-ci serait une conséquence de la crise économique qui a modifié la situation professionnelle des jeunes citadins. Le Burkina Faso connait une hausse du taux de chômage, une surreprésentation des jeunes dans le secteur économique informel dû notamment à la saturation du marché de l'emploi dans le secteur formel. Néanmoins, nous constatons que lorsque l’auteur en vient à l’analyse...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Analyse critique de la décentralisation au Burkina Faso
  • Analyse critique du code de l'information du burkina faso
  • Analyse politique du burkina faso
  • Critique: Il y a trop d'images
  • Regard Critique Sur La R Gulation Des M Dias Au Burkina Faso
  • Le burkina faso
  • burkina faso
  • Analyse et critique de texte ( Descartes)

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !