Analyse de césar imperator de max gallo

2231 mots 9 pages
La religion romaine est la religion pratiquée à Rome depuis … Elle est un pilier de cette société et l’athéisme n’existe pas. Cette religion est principalement basée sur le polythéisme, puisque les Romains croient en un grand nombre de puissances divines, les dieux. Les Templus, qui sont des espaces terrestre ou célestes coupés du monde humain leurs sont d’ailleurs dédiés.

Dans le roman César Imperator de Max Gallo, l’importance des dieux est mise en évidence dès le début du livre. Leur puissance en devient même inquiétante, car il faut vivre en bonne entente avec eux, en reconnaissant leur supériorité en rendant culte par des rites. Plusieurs pratiques religieuses sont connues à Rome, mais les rites les plus importants restent l’offrande, la prière et le sacrifice.

Pour les Romains les dieux sont en tout temps avec eux, soit dans l’air, soit dans les astres, ce qui explique d’ailleurs la forte importance de l’astrologie à l’époque antique.

On comprend à travers l’histoire que César est intimement lié à ces puissances divines puisqu’il est d’une lignée, d’une famille apparentée aux dieux. C’est donc un héritier, un descendant qui doit se faire distingué par sa fortune et sa victoire entre autres, Honoris causa. Il sait aussi que ce sont les dieux qui décideront seuls de son destin. « Il n’ a que dix- sept ans, il ne peut imaginer que sa vie s’arrête à l’orée d’ un destin que les dieux ont patronné en le faisant naître dans ces familles distinguées par la victoire et la fortune .»

Les dieux protègent et veillent sur César, mais celui- ci doit à chaque fois aller à leur rencontre, relever les défis qu’ils lui lancent et provoquer leur intervention. Ainsi, il peut leur prouver qu’il est digne de leur confiance. Par exemple, on le voit à un moment dans le livre faire une offrande pour rendre les dieux propices. On remarque aussi qu’à plusieurs reprises César attend une prise de parole ou un signe des dieux avant de prendre une décision ou d’agir. Les

en relation

  • droit
    25634 mots | 103 pages
  • histoire des institutions de l'antiquité
    150345 mots | 602 pages
  • Histoire du droit
    15290 mots | 62 pages