Aragon écrit dans la préface aux yeux d’elsa (1942) : « il n’y a poésie qu’autant qu’il y’a méditation sur le langage, et chaque pas réinvention de ce langage. ce qui implique de briser les cadres fixes du langage, les

Pages: 9 (2207 mots) Publié le: 9 mai 2010
SELMI
Stéphanie
Bloc n°4 METHODOLOGIE


Sujet n°4 : Aragon écrit dans la préface aux yeux d’Elsa (1942) : « il n’y a poésie qu’autant qu’il y’a méditation sur le langage, et chaque pas réinvention de ce langage. Ce qui implique de briser les cadres fixes du langage, les règles de la grammaire, les lois du discours. » Cette réflexion d’Aragon vousparait-elle rendre compte de la poésie d’Apollinaire dans Alcools.

Introduction:
[intro - étape 1 : amener le sujet ] La poésie d’Apollinaire prend forme dans un contexte de versatilité et de renouveau, elle met en scène la silhouette variable d’un poète en oscillation, d’un appétit absolu du monde et des autres. Le poète prend place dans un champ culturel tracé, empli d’une part par lespenchants transis d’une esthétique qui s’épuise et parcouru d’autre part par un courant de renouveau. Une sensibilité originale se forme à l’imminence d’un monde en animation, fait d’empressement, de changement idéologiques, d’audaces artistiques et technologiques. [étape 2 : citer et commenter] La réflexion qu’effectue Aragon dans la préface aux yeux d’Elsa (1942) : « il n’y a poésie qu’autant qu’ily’a méditation sur le langage, et chaque pas réinvention de ce langage. Ce qui implique de briser les cadres fixes du langage, les règles de la grammaire, les lois du discours. » nous permet de nous rendre compte de la poésie d’Apollinaire. La citation met en abîme une tendance commune de ce XXème siècle. Les règles ordinaires de la représentation sont mises en difficulté, la simultanéité l’emportesur la successivité, les images et les mots s’amoncellent ou se concordent, le « sujet » s’étoile et se dérive en une multitude de modèle disséminé et discontinus. Il refuse de recourir aux formules déjà éprouvées et aux accents convenus d’une certaine poésie traditionnelle, Apollinaire s’est attaché à puiser en lui-même et dans les vicissitudes de son existence les motifs fondamentaux de soninspiration. [étape 3 : problématique] faut-il comprendre qu’Apollinaire est un poète qui fait fi des règles de la poésie traditionnelle? Néanmoins quelles sont les règles qu’utilise le poète pour arriver à ses fins? [étape 4 : annonce du plan] Il est évident qu’Apollinaire se joue du langage : en ce sens, nous allons étudier, en premier lieu, un monde de mot.; en second lieu nous étudierons les formesde l‘écriture poétique, dans un troisième temps nous étudierons une rétrospective des formes.

[partie 1]Avant d’être un tableau, l’expression d’un sentiment ou un fable personnelle, un poème est d’abord un univers de langage, il est constitué de mots liés les uns aux autres par une syntaxe, il se caractérise pas un dispositif énonciatif, des registres de langue, des images, des formesmétriques. Apollinaire est un inventeur de formes langagières : il est de ce point de vue l’héritier des »Modernes » qui, des romantiques aux symbolistes, en passant bien sur par Baudelaire. Alcools est une œuvre moderne et originale, il y’a une aventure du langage poétique tout entière inscrite dans le champ illimité de cette « diversité formelle » dont il est question dans la cinquième sectiondes « Fiançailles ».
Pour Apollinaire ne se restreint pas à un éventail de mot dit « poétiques ». Il est vrai que Victor Hugo avait tracé la voie, qui dans un souci libérateur autant poétique que politique il mit « un bonnet rouge au vieux dictionnaire ». Apollinaire n’a aucun préjugé en matière de lexique, il sait que la poésie ne vit que si elle intègre le volume lexical le plus large, sans discriminationni censure. Son œuvre est une fête de mots en liberté.
Dans les poème d’Apollinaire, les mots sont souvent appelés à se mélanger ou du moins à entreteniez des voisinages inattendus. Ils se jouxtent, se fréquentent au mépris des frontières normatives instaurées par la hiérarchie des niveaux de langues. Ainsi dans « La chanson du Mal-Aimé » juste après le refrain lyrique intervient une...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Dissertation, "Au théâtre, il n'y a pas que le langage des mots"
  • La conception vygotskiènne du langage écrit
  • trouble du langage écrit
  • Le langage
  • Langage c
  • le langage
  • Le langage
  • Le langage

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !