Baudelaire

850 mots 4 pages
Semper Eadem

Ce poème est un sonnet, composé de deux quatrains formés de rimes en ''abab'' et de deux tercets formés de rimes en ''aab''.Il est écrit en alexandrins.

Semper Eadem, du latin, signifie ''toujours la même'' ou ''toujours la même chose'' selon le cas(féminin ou neutre).Cela permet d'étendre le sens de la femme(ou de l'amour) à toute chose,comme une sorte de répétition: On aime,puis l'amour finit, après on subit le spleen,à la fin ça recommence…

Premier quatrain:
''D'oú vous vient,disiez-vous,cette tristesse étrange''.Le ''disiez-vous'' fait penser que cette question,dans laquelle se trouve une allitération en ''v'', est la reprise d'un discours interrompu.Elle est posée par une femme.En effet, au septième vers,on voit que Baudelaire répond ''ô belle curieuse''.
Cette tristesse étrange, est en fait, le fameux spleen de Baudelaire.Elle est comparée à une mer montante,sur le roc noir et nu. Cette tristesse est donc vraiment forte et dévastante,sans issue,ce qui rappelle le poème Spleen LXXVIII(lorsque Baudelaire parle du spleen comme d'une prison: couvercle,cachot humide,barreaux..).Pour accentuer ce spleen,Baudelaire utilise donc une allitération en ''m'' et en ''r'': montant comme la mer sur le roc noir et nu.
La réponse que donne Baudelaire,que l'on voit au troisième vers,est que cette tristesse provient du coeur,de l'amour.Il dit qu'une fois que le coeur a fait sa vendange,vivre est un mal.Une vendange,à la fin de l'été,est généralement la récolte de raisin,symbole du vin, et donc exprimant le plaisir et l'ivresse,comme l'amour.Dans ce poème,la vendange est la fin d'un amour:une fois qu'on a récolté l'amour,et que donc il n'en reste plus,alors vivre est un mal.
Pour caractériser ce mal,Baudelaire utilise une oxymore:''secret de tous connu''.En effet,le secret est par définition privé.Il utilise cette figure de style pour mettre en évidence le fait que ce spleen affecte tout le monde, mais que personne ne le montre. D'ailleurs, on voit

en relation

  • Baudelaire
    986 mots | 4 pages
  • Baudelaire
    1584 mots | 7 pages
  • Baudelaire
    1016 mots | 5 pages
  • Baudelaire
    1428 mots | 6 pages
  • Baudelaire
    1865 mots | 8 pages
  • Baudelaire
    1762 mots | 8 pages
  • Baudelaire
    519 mots | 3 pages
  • Baudelaire
    1359 mots | 6 pages
  • Baudelaire
    1235 mots | 5 pages
  • Baudelaire
    368 mots | 2 pages