Baudelairez

Pages: 5 (1019 mots) Publié le: 14 décembre 2012
COMMENTAIRE DU TEXTE DE BAUDELAIRE, « LES FLEURS DU MAL »
Introduction
Poète de génie et amateur de peinture et de musique, Charles Baudelaire célébra dans ses poèmes la beauté de l’art sous toutes ses formes. Publié en 1856 au sein du recueil « Les Fleurs du Mal », le poème « La musique » est ainsi l’occasion pour Baudelaire de décrire les sensations que lui procure cette expression artistiqueà travers la métaphore d’un voyage en mer. Nous nous pencherons dans un premier temps sur la forme de ce poème dont la structure, le rythme ainsi que les jeux de sonorités participent d’une grande musicalité pour mieux aborder ensuite la tension inhérente à l’expression des sentiments du poète que le spleen menace de rattraper.

1.

Un poème musical

1.1. Un jeu rythmique
Ce poème sedivise en deux tercets et trois quatrains avec une alternance entre alexandrins et vers à 5 syllabes. Baudelaire prend des libertés avec la forme du sonnet qu’il adapte à son sujet pour en dégager une rythmique bien particulière. En effet, les trois premières strophes présentent une structure identique tandis que la quatrième, tel un miroir inversé, intervertit le

positionnement des vers. Cettesoudaine rupture rythmique qui marque le passage du mouvement régulier et sonore des flots à celui du silence est accentuée par la ponctuation du dernier alexandrin, découpé en quatre parties de trois syllabes chacune. On peut donc constater

dans ce poème un savant mélange entre harmonie rythmique et déstructuration qui a pour but d’attirer l’attention de l’auteur sur la dernière strophe.

1.2.Une structure en trois temps
Ce poème est composé de trois phrases qui le structurent en autant de parties, à la manière d’un morceau de musique. La première phrase qui se situe au vers 1 fait office d’ouverture et indique, en accord avec le titre, le thème développé dans le poème. La seconde phrase allant du vers 2 au début du vers 13 constitue quant à elle le cœur du texte et gagne en force aufur et à mesure de son développement pour laisser place à un final silencieux dans les deux dernier vers qui marquent la fin du morceau et le retour au silence.

1.3. Des sonorités mélodieuses
On constate dès le premier vers une allitération en « m » qui reprend la lettre initiale des thermes « musique « et « mer » pour mieux accentuer le parallélisme que Baudelaire établit entre ces deux mots: « La musique souvent me prend comme une mer ! ». Les trois premières strophes du poème présentent des rimes croisées avec une reprise de la rime « oile » aux vers 2 ,4,6,8 ; forme d’écho mélodieux qui rappelle le lecteur à l’immensité maritime. On peut également observer une assonance en « a » au treizième vers : « D'autres fois, calme plat ». Baudelaire se sert ainsi dans ce poème de la musiquedes mots pour signifier l’harmonie sonore à laquelle il aspire.

2.

L’expression des sentiments du poète
sentiments du poète

2.1. Les mouvements de la mer comme analogie des

L’ensemble du poème est marqué par le mouvement saisissant et envoutant de la métaphore maritime dont le poète épouse les variations: « La musique souvent me prend comme une mer ! ».

La ponctuation exclamativesouligne ici la puissance attractive du mouvement marin dans lequel l’auteur se jette à corps perdu. Grisé par un puissant sentiment de liberté, il ne cherche pas à lutter contre le mouvement qui l’emporte mais épouse au contraire les assauts maritimes. Le champ lexical du corps jalonne ainsi le poème et met en avant l’état de communion entre le poète et la mer. « La poitrine en avant et lespoumons gonflés », il se tient comme une figure de proue devant l’immensité de la mer et se laisse bercer par le rythme des vagues. L’allusion à la nuit au vers 7 et 8 montre quant à elle la primauté de la sensation sur celle de la vision. Loin de constituer un handicap, le voile nocturne permet au poète de mieux s’accorder au mouvement des flots :

« J'escalade le dos des flots amoncelés Que la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !