Bilan de la vague de todd Strasser

1567 mots 7 pages
Bilan de la VaguePrésentation de l’œuvre :Titre : La VagueAuteur : Todd StrasserDate : 2008 Les personnages : · Laurie Saunders : jolie fille aux cheveux châtains coupés court et jounaliste du lycée · Amy Smith : la meilleur amie de laurie · Mr Gabondi : prof de Français · Ben Ross : prof d’Histoire …afficher plus de contenu…

Les élèves entrent comme d’habitude dans la salle de cours mais au tableau est écrit en grosses lettres : « La force par la discipline ». Le professeur annonce alors qu’il va parler de « discipline », c’est-à-dire de « pouvoir », de « réussite ». Ayant réussi contre toute attente à capter l’attention des élèves, Ben Ross poursuit son expérience. Les exercices se succèdent. Les élèves finissent par oublier qu’ils sont théoriquement en cours d’histoire. Ben Ross ressemble « davantage à un sergent instructeur qu’à un professeur »Chapitre 6 :« La force par la communauté »… et l’action ! Dans le chapitre 6, Ben Ross entre dans une classe stupéfiante de silence et d’ordre. La campagne japonaise ce qu’il avait prévu de traiter pourra attendre. Il décide de poursuivre l’expérience. Au fond de lui-même, c’est ce dont il avait envie… La « discipline » le premier jour ; cette fois-ci, « la communauté ». L’enseignant fait répéter les slogans par les élèves, tous ensemble. Et puis c’est le symbole : la vague, entourée d’un cercle , laquelle représente un mouvement, une direction. Enfin, un salut qu’on réalise en courbant la main droite en forme de vague et en frappant son épaule gauche avant de relever la main. Bientôt, toute la classe peut saluer et déclamer les slogans à l’unisson. « Comme un véritable régiment », pense alors Ben Ross. Chapitre 8 : Un grand poster affiché au fond de la classe représente une vague bleue. Ben Ross est venu cette fois-ci en costume, chemise blanche et cravate. Il distribue de petits cartons jaunes : des cartes de membre de la Vague. Certaines cartes portent un « X » rouge. Elles désignent des « moniteurs », chargés d’informer Ben Ross si des membres ne respectent pas les règles. Le mot « Action » permet de compléter le slogan. « La discipline et la communauté ne sont rien sans l’action », insiste le professeur. Laurie n’est plus aussi enthousiaste. Cette obéissance inconditionnelle la questionne. Ben Ross poursuit son cours en expliquant aux élèves qu’ils ne sont pas en compétition les uns avec les autres : « Vous travaillez ensemble pour défendre une cause commune »… « La communauté, c’est l’égalité pour tous au sein du groupe ».Chapitre 9 : Dans le chapitre 9, le recrutement de nouveaux membres dépasse de loin ce qu’avait prévu Ben Ross. Il suppose même que des élèves sèchent des cours pour venir au sien. Les exercices ne perturbent en rien l’avancée dans le programme, au contraire ! Cependant, Ben Ross observe que les élèves préparent les cours, mais qu’ils réfléchissent moins : « Ils pouvaient recracher sans problème les réponses comme s’ils les avaient apprises par cœur, mais il n’y avait aucune analyse, aucun questionnement de leur part ». La discipline, la communauté, l’action, c’est bien, mais cela n’annihile-t-il pas l’intelligence, le libre arbitre, l’autonomie ? Chapitre 10 : Dans le chapitre 10, le principal, M. Owens, convoque Ben Ross dans son bureau. Le professeur s’attend à un savon, mais M. Owens veut seulement comprendre. Il exprime tout de même son inquiétude face à cette Vague « un peu trop nébuleuse » et qui concerne « de jeunes adolescents impressionnables ».Chapitre 11 : Laurie est la rédactrice en chef du journal du lycée. Dans la salle du journal, le lendemain, elle trouve une enveloppe que quelqu’un a dû glisser sous la porte. Elle contient un article, anonyme, écrit par un élève en première. Il a …afficher plus de contenu…

»Chapitre 12 :Laurie et David se disputent au sujet de la Vague. Laurie a décidé de ne pas participer au rassemblement, ce qui suscite l’incompréhension de son petit ami. Il lui balance en pleine figure qu’elle est contre la Vague parce qu’avant, elle était la meilleure de la classe et qu’elle est donc tombée de son piédestal avec ce mouvement qui donne à tous leur chance.Chapitre 13 :Le dimanche après-midi, Laurie et quelques autres rédacteurs du journal du lycée se retrouvent pour préparer une édition spéciale presque entièrement consacrée à la Vague. Dans son éditorial, Laurie l’assimile « à un mouvement stupide et dangereux qui supprimerait la liberté de parole et de pensée, et qui s’élèverait contre tous les principes fondateurs du pays ».Chapitre 14 :Tout dérape… La sortie du journal accentue le malaise général. Ben Ross comprend que le professeur d’histoire s’est accidentellement glissé dans la peau d’un dictateur. Parents et professeurs défilent les uns après les autres dans le bureau du principal. Des membres de la Vague en veulent farouchement à Laurie.Chapitre 15 :Le journal du lycée a eu un succès qui a dépassé les espoirs les plus optimistes des rédacteurs. Un « sacré coup » est porté à la Vague, mais le mouvement a trop d’ampleur pour qu’on puisse l’arrêter. David se charge de raisonner Laurie, sa petite amie et rédactrice en chef du journal. Il se montre d’une violence inouïe, mais finit par comprendre qu’il n’est plus lui-même.Chapitre 16 :Au chapitre 16, Ben Ross passe un mauvais quart d’heure dans le bureau du principal. Le professeur d’histoire reconnaît ses erreurs : « Un cours d’histoire n’est pas un labo. On ne peut pas se servir d’êtres humains comme de cobayes. Et surtout pas de lycéens qui n’ont pas conscience de faire l’objet d’une expérience ». Le principal lui accorde la journée pour mettre fin à la Vague. L’enjeu est que les élèves retirent un enseignement de tout cela.Chapitre 17 :En cours, Ben Ross annonce, à 17 h, un meeting dans l’auditorium réservé aux membres de la Vague. Il explique que le mouvement est devenu national et qu’il a pris son essor dans tout le pays. Sur une chaîne du câble, le fondateur national de la Vague créera officiellement le mouvement national des Jeunesses de la Vague. À l’heure dite, l’auditorium est plein à craquer. À la place du fondateur et leader national, les lycéens découvrent à l’écran un portrait géant d’Adolf Hitler… Ben Ross explique alors qu’ils auraient « tous fait de bons petits nazis ». Les élèves pensaient que cela ne pourrait plus arriver, mais le fascisme « est ici, en chacun de nous » … Et Ben Ross de conclure : « Vous aurez appris que nous sommes tous responsables de nos propres actes et que nous devons toujours réfléchir sur ce que nous faisons plutôt que de suivre un chef aveuglément ; et pour le restant de vos jours, jamais, au grand jamais, vous ne permettrez à un groupe de vous déposséder de vos libertés individuelles »

en relation

  • Pistes de créativité
    14758 mots | 60 pages
  • Chicago
    57838 mots | 232 pages
  • American Psycho
    158205 mots | 633 pages