Blad skizo

Pages: 17 (4117 mots) Publié le: 15 décembre 2012
Blad schizo
| (ILLUSTRATIONS YOZIP) |

Coincé entre tradition et modernité, faux-semblants et vrais mensonges, morale simulée et religion mal assumée, le Marocain cherche son identité. Et il s’est pas mal paumé en route. Au point d’en devenir schizo.

On a longtemps présenté le Maroc comme une oasis de stabilité, un mélange harmonieux de tradition et de modernité, un pays capabled'absorber les influences les plus diverses pour les fondre dans un grand tout équilibré et original. Les plaquettes touristiques ont fait de cette théorie leurs plus beaux slogans, la presse officielle, relayant | |

elle-même un discours tout aussi officiel, a rabâché jusqu'à la nausée ce concept admirable. Le mythe a vécu.

Les contradictions s'affichent aujourd'hui au grand jour, rendant sanscesse plus compliqué le fameux grand écart culturel qu'on demande aux Marocains de réaliser quotidiennement. Encouragés par la libération de la parole, journalistes, sociologues ou simples bloggers s'amusent avec plus ou moins d'ironie à pointer les incohérences du système dans lequel nous vivons - et que nous avons bien entendu dans une grande mesure contribué à créer. Alors, au-delà des clichés,le Maroc est-il un pays schizophrène ? Hachem Tyal, psychiatre casablancais : “Oui, c'est vrai que nous avons chez nous plus qu'ailleurs le sentiment d'une absence d'unité, une impression de dislocation de l'esprit”. C'est précisément un des symptômes les plus marquants de la schizophrénie, dans son sens médical. Si le grand public considère qu'un schizophrène est un individu chez qui cohabitentplusieurs personnalités, la définition psychiatrique est plus complexe. La schizophrénie, c'est une déstructuration de la personnalité, une maladie douloureuse marquée par de profondes angoisses, des délires et une déconnection de la réalité. A la base du malaise, il y a bien sûr la question de l'identité. Sans forcément relever de la pathologie médicale, notre société a exactement le mêmeproblème. “Nous n'avons jamais répondu à la question de savoir qui est le Marocain”, résume le sociologue Jamal Khalil. Nous connaissons la réponse officielle : le Marocain est un arabe musulman, point final. Pourtant, la réalité est loin de coller à cette définition. Comment ignorer les composantes berbères, africaines, juives, andalouses... pour ne citer que celles-là ? La version officielle ne tientmanifestement pas la route. Hassan El Fad, l'humoriste, a construit un sketch autour de ce mensonge d'Etat : “à l'école, on nous apprend par cœur le discours de Tarik Bnou Zyad à son arrivée en Andalousie. Un discours léché, en arabe classique, on nous l'a même présenté comme un classique de la littérature arabe. Mais qui peut croire qu'un berbère puisse s’ adresser à ses troupes, berbères ellesaussi, dans un tel langage ?” Le résultat, c'est un pays où la majorité de la population ne comprend pas la langue officielle, utilisée quotidiennement dans les informations du journal télévisé. Un pays où l'hymne officiel est chanté sans être compris... Le Maroc, c'est bien entendu bien plus complexe qu'un pays arabe et musulman, et cela ne date pas d'hier. Jamal Khalil : “notre pays, de par sasituation géographique, a toujours été un réceptacle à des populations très diverses qui se sont arrêtées ici. Nous avons toujours intégré d'autres cultures. Le problème, aujourd'hui, c'est que le rythme s'est accéléré. On a du mal à digérer tout ce qui nous arrive”. Il suffit de faire un tour sur les forums marocains pour constater que les internautes, régulièrement, rappellent dans leur “post” que“nous sommes des arabes et des musulmans”. Si on le répète avec autant d'acharnement, c'est justement que ce n'est pas aussi évident que cela. Les psychiatres, à propos du délire de leurs patients, parlent de néo-réalité. En évoquant cette identité monolithique, on n'est pas loin de ce même concept de néo-réalité, parfaitement schizophrénique.
Entre discours et réalité

Allons plus loin....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • bladder scan
  • Pedro Navaja Ruben Blades

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !