Choix du cnjoint

586 mots 3 pages
- A partir de la figure 1, on peut constater que les agriculteurs se mettent en couple le plus souvent avec des agricultrices (sur 5.6% d’agriculteurs, 2.9% sont en couple avec des agricultrices).
Pour les autres groupes sociaux de l’homme, ils sont tous majoritairement en couple avec des employées. Hormis les cadres hommes qui ont un % identique au niveau du groupe social femme « employée » et «profession intermédiaire ».

- Pour la figure 2, en France en 1999, sur 100 femmes agricultrices en couple 72.1% vivent avec un homme agriculteur.

- Pour la figure 3, en France en 1999, sur 100 hommes agriculteurs en couple 51.2% vivent avec une femme agricultrice.

- Au final la figure 2 et 3 montrent que les agriculteurs que se soit homme ou femme, se mettent le plus souvent en couple ensemble. La tendance générale est donc à l’homogamie = le milieu social est identique.

-(Question facultative) : cherchez à lire la figure 6a et 6 b. Que remarquez-vous ?

- Homogamie : caractéristique sociale propre aux mariages entre personnes de race, de milieu social, de niveau culturel, de niveau d’éducation, etc... semblables. (Définition Larousse).
- Hétérogamie : caractéristique sociale propre aux mariages entre personnes de race, de milieu social, de niveau culturel, de niveau d’éducation, etc... dissemblables. (Définition Larousse)

- La socialisation engendre une certaine reproduction sociale. La reproduction sociale est le phénomène par lequel la société maintient les postions et les structures sociales d’une génération à l’autre. Ce phénomène de reproduction sociale est notamment renforcé par le phénomène d’homogamie. En fait, les individus ont tendance à se marier avec des personnes de leur propre catégorie sociale : Qui se ressemble socialement et professionnellement s’assemble. Ainsi, malgré le mariage d’amour, l’homogamie persiste. Trois raisons peuvent expliquer l’homogamie :
-Le facteur probabiliste : Les individus ont simplement plus de chance de se

en relation

  • Recuperer son amour
    3846 mots | 16 pages
  • Droit international privé
    38023 mots | 153 pages