Classicisme

571 mots 3 pages
Le classicisme

Le classicisme est un courant littéraire plutôt court, qui se développe en France, au XVIème siècle, pendant le règne de Louis XIV (1661-1685). Il est issu du mot latin «classicus» qui désigne un individu "de la première classe des citoyens". L'adjectif «classique» apparaît au XVIème siècle avec le sens d'«écrivain de premier ordre», mais ce sont les Romantiques qui, en définissant leur esthétique, imposeront a posteriori le sens que nous donnons aujourd'hui au mot «classicisme» : Il se définit par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal s'incarnant dans l’« honnête homme », créé a Versailles en 1660, et se caractérise par une élégance à la fois extérieure et intérieure, signe distinctif d'une société qui a érigé la discipline et l'urbanité en principes de vie. En France, cette période a été appelée classique parce qu'elle se donnait comme idéal l'imitation des Anciens, mais aussi parce qu'elle est devenue une période de référence de la culture nationale. De la même manière que le baroque, la littérature classique s'incrit dans l'ensemble d'un mouvement artistique. Le but premier de ce mouvement est de concevoir une harmonie dans les approches esthétiques. À cette époque, les écrivains doivent donc se plier à des règles bien précises.
Le classicisme contient plusieurs grands genre, tels que l’épopée qui met en scène l’héroïsme, la tragédie, genre par excellence du classicisme français, comme par exemple P. Corneille ou J. Racine, la comédie qui fait appel au jugement moral, (ex : Molière), la poésie officielle, composée pour fêter les grands événements du royaume (Malherbe), la poésie burlesque (Scarron), la poésie mondaine (Boileau), le portrait (La Bruyère), les maximes (La Rochefoucauld), la fable (La Fontaine), le roman (Mme de Scudéry).
Le classicisme prendra fin avec la Querelle des Anciens et des Modernes qui prône l’émancipation des modèles antiques. À partir du classicisme, la réflexion intellectuelle, la

en relation

  • classicisme
    2982 mots | 12 pages
  • Le classicisme
    4917 mots | 20 pages
  • La classicisme
    319 mots | 2 pages
  • Le classicisme
    253 mots | 2 pages
  • Classicisme
    331 mots | 2 pages
  • CLASSICISME
    1771 mots | 8 pages
  • Le classicisme
    450 mots | 2 pages
  • Le classicisme
    306 mots | 2 pages
  • Classicisme
    977 mots | 4 pages
  • Le classicisme
    2782 mots | 12 pages