Clause exorbitante de droit commun

475 mots 2 pages
Chapitre I – La qualification des contrats de l’administration

Dans quelques rares cas, c’est le législateur qui qualifie la nature des contrats de l’administration. Ainsi les marchés publics sont des contrats administratifs, les contrats d’occupation du domaine public, contrats relatifs au domaine public…sont des contrats administratifs. Inversement, avant le 1er Mars 2010 les contrats passés par la Poste avec ses usagers étaient des contrats de droit privé.
En dehors de ces quelconques cas la qualification est opérée à partir d’un critère jurisprudentiel. La plupart des auteurs estiment que pour qu’un contrat soit qualifié d’administratif, que deux conditions doivent être réunies : la présence d’une personne publique et la présence d’un élément alternatif c'est-à-dire service public ou clause exorbitante du droit commun. Cette classification ne traduit pas l’état exact du droit jurisprudentiel. En réalité il faut distinguer 3 types de contrats :
- Les contrats entre une personne publique et une personne privée
- Les contrats entre deux personnes publiques
- Les contrats entre deux personnes privées

Distinction fondamental en ce sens qu’elle détermine l’ordre juridictionnel compétent. Dans quelque rare cas, le législateur à défini et qualifié les contrats.

Section 1: les contrats entre une personne publique et une personne privé

C’est à ce propos que la jurisprudence est la plus importante. Par personne public on entends l’état, collectivité territoriale, établissement public, établissement public territorial ou un établissement public classique dit rattaché. Enfin ne pas oublié les GIP.

Paragraphe 1: L’évolution du critère

Depuis 1903, le CE pour qualifié un contrat d’administration, s’est toujours fondé sur deux critères. Celui du service public et celui dit de la gestion publique. Depuis 1903 il a toujours fait joué ces deux critères soit d’une manière cumulative soit séparément soit d’une manière alternative. Ainsi, en 1903, dans

en relation

  • Commentaire tc société lima 12 décembre 2011
    2596 mots | 11 pages
  • Commentaire d’arrêt
    2416 mots | 10 pages
  • Commentaire d'arrêt droit administratif tc 5 juillet 1999 ugap
    1835 mots | 8 pages
  • Commentaire tc ugap 99
    2293 mots | 10 pages
  • Clauses exhorbitantes du droit commun
    951 mots | 4 pages
  • TD 6 DROIT ADMINISTRATIF
    2938 mots | 12 pages
  • Ce, 19 novembre 2010, onf c/m. girard-mille
    3307 mots | 14 pages
  • Droit administratif, "société d'exploitation de la haute maurienne
    1248 mots | 5 pages
  • arrêt du 30 septembre 2014
    2359 mots | 10 pages
  • Droit administratif
    2159 mots | 9 pages