cognrtig

Pages: 18 (4362 mots) Publié le: 17 janvier 2015
Dies ist die ergänzte und bibliographisch überarbeitete Form eines
Kongressbeitrags, der in Schriftform erschienen ist unter Osthus, Dietmar,
"Cognition et usage: prototypes et/ou champs métaphoriques. Le langage
figuré en linguistique contrastive", in: Englebert, Annick / Pierrard, Michel /
Rosier, Laurence / Raemdonck, Dan van (Hg.) Actes du XXIIe Congrès
International de Linguistique etde Philologie Romanes (Bruxelles, 23-29 juillet
1998), Tübingen 2000, VII, 549-558.

Prototypes et/ou champs métaphoriques – le langage
figuré en linguistique contrastive
(DIETMAR OSTHUS, Bonn)

1. Remarques méthodologiques
Depuis quelques années le langage figuré fait l’objet d’innombrables études. Parmi
toutes les figures de style - découvertes, décrites et catégorisées depuisl’antiquité c’est avant tout la métaphore qui a éveillé l’intérêt des chercheurs. En effet, on
constate un véritable foisonnement de travaux consacrés aux divers aspects du
phénomène langagier qu’est la métaphore. Il suffit pour s’en convaincre de consulter
les bibliographies récentes (Noppen/Knop/Jongen 1985, Noppen/ Hols 1990). Du fait
des divers tournants de la linguistique d’une disciplinestructuraliste pure et dure –
limitée au niveau du système- à une science intégrant également les perspectives
pragmatique et cognitive du langage, les contributions à une recherche de l’impact
philosophique de la métaphore se sont vues complétées par des théories
explicitement linguistiques. Parmi ces théories, celle de Lakoff/Johnson (1980) a
connu un rare succès en accentuant le rôle de la métaphorecomme une clef
linguistique aux conceptualisations cognitives. Influencés par la sémantique du
prototype, Lakoff/Johnson ont insisté sur la normalité discursive comme sur la
motivation cognitive de la métaphore. Définissant la métaphore comme un modèle
cognitif idéalisé (Lakoff/Turner 1987) (Idealized Cognitive Model ICM) ils ont ouvert la
voie à de nombreuses études concentrées sur lamétaphore comme phénomène
cognitif (MacCormac 1985, Lakoff/Turner 1989, Liebert 1992, Weber 1995, Jäkel
1997) et quotidien (Noppen 1992, Koch 1994, Debatin 1995, Baldauf 1997). À côté
des recherches cognitivistes on rencontre également des travaux inspirés par
l’approche pragmatique, mettant l’accent sur les récurrences et fonctions textuelles
de la métaphore (Grzmil-Tylutki 1994, Schmitt 1994, Gil1998).
Vu l’énorme intérêt que suscitent les métaphores, l’absence d’études
métaphorologiques dans le domaine de la linguistique contrastive ne peut
qu’étonner. Ni le pragmatisme ni le cognitivisme ne se sont posé la question du

degré de convergence interlinguistique du langage figuré. Ceci s’explique peut-être
par une certaine tendance inhérente à la linguistique américaine – qui afortement
marqué toute approche cognitiviste- de généraliser les résultats obtenus sur la base
d’un seul « modèle culturel (voire [du] système symbolique qu’est la langue
américaine) » (Dubois 1991 :25). De même beaucoup de linguistes partant
d’approches diverses soulignent l’identité des métaphores à travers les différentes
langues. Weinrich (1976 :287) parle d’une « communauté européenne deschamps
métaphoriques [abendländische Bildfeldgemeinschaft] », Coseriu (1979 :26) suggère
même l’universalité de l’imagination humaine.
Les traducteurs et traductologues (Newmark 1985, Pisarska 1990) se trouvent
pratiquement seuls à modifier ces jugements. Dagut (1976, 1987) énonce les
problèmes pratiques que pose la traduction des métaphores, surtout si elles relèvent
d’une culture spécifique dela langue-source. Il se heurte ainsi à l’idée d’un
universalisme métaphorique :
« (..) This simplistic approach not only asks us to swallow the paradox of
making one of the most complexly creative uses of language the easiest of
all to translate, but also requires us to accept the untested and improbable
assumption that all metaphors are universal, and that it is therefore
sufficient...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !