Commentaire heidegger

2078 mots 9 pages
Commentaire philosophique

Le progrès de la technique toujours plus important, toujours plus rapide dans les sociétés contemporaines laisse à croire que la Pensée humaine serait grandissante. Le calcul et la planification se sont en effet développés de façon exponentielle. Pourtant, Heidegger affirme que l’on assiste à un «manque croissant de pensée». L’Homme contemporain serait même «en fuite devant la pensée». Comment l’Homme pourrait-il ne plus penser et pourtant calculer de plus en plus ? Il faut en fait distinguer deux sortes de pensée pour comprendre la réflexion de l’auteur. Il existe d’une part, une «pensée qui calcule» propre à la science, et d’autre part «une pensée qui médite» propre à la philosophie. C’est cette seconde pensée que l’Homme aurait oubliée. À force de calculs, l’Homme ne médite plus, il ne cherche plus le Sens. Or, la recherche scientifique pure n’est pas sans danger pour l’Humanité. «Science sans conscience n’est que ruine de l’Âme» annonçait Rabelais dès le XVIe siècle. Telle est, d’une certaine manière, la vision de Heidegger. Nous verrons que l’auteur part d’un constat : l’Homme contemporain ne «pense» plus. Heidegger apporte alors sa définition de la pensée, faisant apparaître une certaine dichotomie entre calculer et méditer. Dans un deuxième temps, l’auteur montre quelles dangereuses conséquences sont induites par un tel déclin de la pensée qui médite au profit de la seule pensée qui calcule. Outre les répercussions matérielles, c’est l’essence même de l’Homme, une conception de l’Humanité, qui est mise en jeux. Nous dévoilerons alors l’intérêt philosophique de ce texte en tentant d’apporter des éléments extérieurs à la réflexion.

Dès la première phrase, Heidegger assure que nous assistons à un affaiblissement de la pensée humaine. Cependant, il ne faut pas se méprendre sur la thèse de l’auteur. Celui-ci n’affirme pas que l’Homme a renoncé à toute forme de pensée. Nous semblerions plutôt oublier une sorte de pensée,

en relation

  • etre et le temps
    12478 mots | 50 pages
  • Bibliographie pour terminales
    2351 mots | 10 pages
  • Dissertation chapitre 27 heidegger être et temps
    3521 mots | 15 pages
  • L'origine de l'oeuvre
    3837 mots | 16 pages
  • Emmanuel lévinas
    4255 mots | 18 pages
  • Liberté
    1133 mots | 5 pages
  • Nietzsche Et Heidegger
    4180 mots | 17 pages
  • Hffguytuyb ui
    1319 mots | 6 pages
  • Foucault
    9870 mots | 40 pages
  • Ressentiment et négation de la dimension transcendante du temps chez nietzsche
    11289 mots | 46 pages