Commentaire "le pouvoir des fables" de la fontaine

2318 mots 10 pages
« Placere Docere ». Plaire et instruire, une expression qui pourrait bien définir la fable, du latin « fabula », ce court récit fictif et souvent versifié. Elle est composé de deux éléments : le récit proprement dit (le « corps »), sous lequel se cache une moralité de portée universelle (« l’âme »). Parmi les plus grands fabulistes, nous pouvons citer Jean de la Fontaine au XIIe siècle, qui mêle divertissement et enseignement en exploitant le genre. Ainsi, dans la seconde partie du « Pouvoir des fables », en intégrant la fable du personnage dans sa propre fable et en opposant deux stratégies argumentatives , il tente de faire mesurer l’étendu du pouvoir didactique des fables et de révéler leur duplicité. On pourra ainsi étudier, dans un premier temps, l’échec de la tentative violente de l’orateur pour faire réagir l’auditoire, puis dans un deuxième temps, l’argumentation plaisante dont il se sert pour y parvenir.

Au début de la fable, la situation d’énonciation est tout de suite mise en place : les indications de lieu et de temps « Dans Athène autrefois » fixent le cadre spatio-temporel, et les acteurs sont un orateur et le peuple, en confrontation à un moment capital de l’histoire d’Athènes, alors menacée par Philippe de Macédoine. Dans les vers un à quatorze, l’Orateur tente par les moyens les plus percutants de rassembler son peuple, de lui faire part de la gravité de la situation dans le but de pouvoir s’organiser ensemble et d‘y remédier. D’entrée, l’Orateur cherche à convaincre son peuple en s’exprimant avec violence. La mise en scène présente des circonstances dramatiques, comme on peut le comprendre au vers 2 (« voyant sa patrie en danger ») qui animent l’Orateur d’un sentiment de patriotisme exprimé à travers « voulant forcer les cœurs dans une république » au vers 4. Les nombreux verbes d’actions tels que « courut », « parla », « recourut » nous montre l’énergie qu’il met pour se faire entendre. L’emploi du champs lexical de la violence («

en relation

  • Commentaire littéraire : la fontaine, « le pouvoir des fables », fables.
    1312 mots | 6 pages
  • Commentaire de texte, "Le pouvoir de Fables", Jean de La Fontaine
    1009 mots | 5 pages
  • .La cigale
    3357 mots | 14 pages
  • Le loup et l'agneau
    2607 mots | 11 pages
  • La Fontaine
    529 mots | 3 pages
  • Commentaire de texte sur "le chêne et le roseau" de jean de la fontaine
    1435 mots | 6 pages
  • Commentaire composé sur le chêne et le roseau de la fontaine.
    1720 mots | 7 pages
  • Jean de la fontaine, "le pouvoir des fables"
    760 mots | 4 pages
  • Commentaire
    251 mots | 2 pages
  • méthode dissertation
    1601 mots | 7 pages