Commentaire marivaux

Pages: 6 (1428 mots) Publié le: 28 février 2013
MARIVAUX, L'Île des esclaves, « Le portrait d'Euphrosine par Cléanthis » (scène 3) Commentaire texte 16 pour l'oral

Introduction : L'Île des esclaves est une courte pièce de Marivaux datée de 1725, en pleines prémisses des Lumières, ne comportant pas d'actes mais onze scènes de longueur variable, mettant en place une utopie : sur cette île, ce sont des esclaves qui règnent et font les lois,proposant une sorte de « thérapie psychologique » aux anciens maîtres. Il s'agit de placer ces derniers dans les rôles de leurs subordonnés, afin de comprendre en profondeur leurs abus de pouvoir et donc, au bout de cette cure, d'être « meilleurs », plus « raisonnables ». Ainsi le valet Arlequin prend la place de son maître Iphicrate et la servante Cléanthis, celle de sa maîtresse Euphrosine.
Dansle passage que nous étudions, il s'agit précisément de ces deux dernières. L'ancien esclave Trivelin, législateur de l'île, demande à Cléanthis de brosser le portrait fidèle et objectif de son ancienne maîtresse... ce à quoi la première va se livrer... sans aucune retenue.
Nous nous demanderons en quoi Cléanthis est-elle ici maîtresse du jeu. Pour cela, nous étudierons d'abord sa maîtrise del'art du portrait ; nous verrons ensuite que sa caricature sert à insérer une critique des mœurs chère à l'écrivain des Lumières.

Cléanthis maîtrise l'art de la satire

A- La terminologie et les outils du portrait
Le portrait est d'abord un terme d'art plastique. Faire le portrait de quelqu'un à l'origine, c'est le peindre conformément à la réalité, à des époques où la photographie n'existepas encore. Le portrait est ici éminemment caricatural.
Cette origine du portrait se perçoit dans le texte où elle est clairement revendiquée : « TRIVELIN, à Euphrosine. - Courage, Madame, profitez de cette peinture-là, car elle me paraît fidèle. » (l. 38-39). Par extension, le portrait se retrouve donc dans la littérature, généralement dans le roman, où le narrateur décrit minutieusement sespersonnages afin que le lecteur puisse les imaginer. Ici, il s'agit d'un portrait dans le théâtre, qui se fait à l'oral : « Écoutez, écoutez, voici le plus plaisant. » (l. 55)
Les outils sont assez similaires à ceux d'un portrait dans le roman, surtout en ce qui concerne l'abondance de la caractérisation. Les adjectifs qualificatifs prédominent en effet : « Vaine, minaudière et coquette » (l.1),« triste, gaie, muette, contente, fâchée, babillarde, jalouse, curieuse » (l.13-15), « battus, fatigué » (l. 27), « aimable, petits, doux » (l. 47)

B- La vivacité de ce portrait
Il ressort de ce portrait beaucoup de vie, beaucoup de rythme. Cléanthis va vite, enchaîne les remarques et les anecdotes, insère des citations, énumère, passe d'une idée à son contraire sans lien (parataxe). On relèveraquelques énumérations. Ligne 13 : « silence, discours, regards, tristesse et joie » ; ligne 27 : «des yeux battus, un teint fatigué ». Les phrases sont souvent très courtes (sujet + verbe ou sujet + verbe + complément) et s'enchaînent avec une grande rapidité : « il vient compagnie, on entre […] cependant on se mire, on éprouve son visage de toutes les façons, rien ne réussit […] voilà qui estfini » (26-27).
Les contrastes et antithèses sont également nombreux, ajoutant de la vivacité et du piquant aux propos : « Madame se tait, Madame parle » (12), « elle est triste, elle est gaie » (13), « Madame se lève ; a-t-elle bien dormi ? […] Madame, au contraire, a-t-elle mal reposé ? » (19 et 25).
L'énergie est enfin due à l'emploi d'interjections ou d'onomatopées : « une rose parut, crac, lavapeur arrive » (67), « Ah ! » (25), « Eh bien ! » (53), « Oh ! » (56) ainsi qu'aux tournures exclamatives.

C- Une scène comique ?
Pour Euphrosine, les paroles de Cléanthis sont un véritable supplice et Trivelin utilise un euphémisme lorsqu'il parle de « petit embarras » (l.6)... Mais quant au spectateur, devant quelle tonalité se trouve-t-il ?
Bien sûr, il semblerait que le registre...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire marivaux
  • commentaire Marivaux
  • Commentaire Marivaux
  • Commentaire marivaux
  • Commentaire marivaux
  • commentaire Marivaux
  • Commentaire Marivaux
  • Commentaire Marivaux

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !