Commentaire suivie du poeme a une passante

Pages: 5 (1130 mots) Publié le: 27 avril 2013
À UNE PASSANTE |
Introduction :« À une passante » est un sonnet régulier tiré des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire, dans la section des Tableaux Parisiens. Il est fondé sur le thème de la rencontre : les hasards de la grande ville font se croiser le poète et une belle inconnue. Elle incarne la beauté, à la fois fascinante et insaisissable. Une forme « d'idéale » prend vie pour disparaîtreaussitôt.
Commentaire suivi :Le premier quatrain.L'exposition.Le premier vers sert d'exposition. Il inscrit le sonnet dans le décor des « Tableaux Parisiens ». On sait que Baudelaire était particulièrement opposé à la « Persée des grands boulevards » car il y voit la destruction des quartiers dans lesquels il a vécu. Les mots « assourdissante » et « hurlait » évoquent une cacophonie. Tout paraîthostile à la rêverie ; et cela est renforcé par le double hiatus (rencontre heurtée de deux voyelles autres que le -e muet (Ici : « rue assourdissante » « moi hurlait »)) et par les sons sourds en [ ou ] et en [ u ].
Elle.Dès le vers suivant, la dissonance s'efface magiquement au profit d'une véritable apparition. Le contraste est saisissant. On a l'impression qu'un sens remplace l'autre (la vueremplace l'ouïe).
Commence alors un portrait en mouvement. Au fur et à mesure du vers, la phrase s'allonge, la silhouette s'approche et le poète donne de plus en plus de détails : d'abord sa tenue vestimentaire, puis il voit enfin son visage.
Baudelaire avait caractérisé les traits de la beauté :
la peau devait être blanche comme une statue,
par la douleur qu'elle doit exprimer (unsourire pour Baudelaire est une grimace)
et la beauté du minéral.
En revanche, le vers 3, coupé à l’hémistiche, est parfaitement rythmé.
Dans le vers 4, nous sommes sensible à la plénitude rythmique : quatre groupes de trois syllabes qui font penser au rythme de la valse. De plus, à l'époque, les femmes portaient des robes à crinoline qu'elles étaient obligées de soulever pour ne pas pas marchersur l'ourlet. Ce mouvement féminin ample et balancé nous rappelle un autre poème de Baudelaire : « Mon beau navire », où il compare une femme à un bateau voguant sur les flots.
Dans le vers 5, la jambe de statue nous rappelle combien la blancheur de la peau et la notion de tristesse et de mort accompagne chez Baudelaire celle de la beauté (Cf. « Grand deuil », v.2).
Le deuxième quatrain.Laréaction du poète face à cette apparition est fortement émotionnelle. Il y a une anacoluthe (rupture de construction syntaxique) du vers 6 au vers 8.
Cette femme est « ingouvernable par la raison » → extravaguée, ce qui est le sens propre de l'adjectif extravagant. Le vers est heurté, le trouble du poète est sensible. Le pronom « moi » isolé au début du vers 6 est renforcé par le pronom personnel« je », ce qui est considéré comme un pléonasme. Le complément d'objet direct n'apparaît qu'au vers 8 : « La douceur qui fascine et le plaisir qui tue ». Le verbe boire est à prendre au sens métaphorique, comme l'expression : « boire les paroles de quelqu'un ».
Dans le dernier vers de la strophe, on entend une belle allitération en [ s ] brusquement interrompue par deux monosyllabes qui sont desconsonnes occlusives /k/ et /t/ s'entrechoquant. On remarque que cette femme fatale dont nous parle l'auteur est annoncée depuis le deuxième vers par les rimes « tueuse » et « tue ».
Les tercets.« Un éclair, puis la nuit » : l'éclair, c'est l'illumination de l'être par la vision de la beauté. On pense évidemment au coup de foudre et à sa valeur métaphorique. La nuit équivaut à la solitude et à ladétresse : désormais, la rencontre appartient au passé, et cette femme ne sera plus l'objet que d'une contemplation mystique.
« Fugitive beauté / Dont le regard m'a fait soudainement renaître » : dire que le regard de la passante a fait « renaître » le poète n'est pas seulement une galanterie précieuse du XIXème siècle.
Pour Baudelaire, la femme idéale permet une renaissance, cette fois-ci,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • "A une passante" poème de charle baudelaire commentaire litteraire
  • Commentaire suivie du poeme enivrez-vous
  • commentaire Á une passante- Baudelaire
  • A une passante baudelaire commentaire
  • Commentaire : a une passante
  • Commentaire : a une passante de baudelaire
  • Commentaire "a une passante"
  • Commentaire baudelaire "a une passante"

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !