Contrôle de l'armement chimique

Pages: 34 (8420 mots) Publié le: 10 janvier 2010
LE CONTROLE DE L’ARMEMENT CHIMIQUE

Non-Prolifération, Contre-Prolifération et « Etats-Voyous »

SOMMAIRE

INTRODUCTION
L’armement chimique au premier plan de la vigilance internationale :
11- Une arme répandue, rentable et multiforme :
12- Un contexte particulier : la lutte contre le terrorisme international
13- Dissémination et prolifération

Voies et aspect du contrôle : duprotocole de Genève au Groupe Australien :
21 – Le Protocole de Genève :
22- La Convention sur l’Armement Chimique (CWC) :
23- Le Groupe Australien : l’alternative économique

Le risque des « Etats-Voyous » : désarmement et contre-prolifération :

31 – le cas particulier de l’Irak :
32 – Les autres menaces locales :
33 – Bilan et perspectives :

CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
INTRODUCTION

Ilsuffit de remonter le cours de l’Histoire militaire pour s’apercevoir que l’arme chimique n’est pas une arme comme les autres. Dénoncée par Maxime Valère, qualifiée aujourd’hui par les médias d’« arme nucléaire du pauvre », « arme de destruction massive », appellations « choc » mais pour le moins éloignées de la réalité, l’arme chimique a pour caractéristique majeure d’avoir étendu son domaine aux« confins de la science, de la technologie, de la morale et du droit [1]». 
Employées pour la première fois à grande échelle au cours de la Première Guerre Mondiale, elles provoquèrent un choc énorme chez les combattants mais également dans l’opinion publique, de tels procédés militaires étant contraires à la Convention de La Haye de 1899. Toutefois, les estimations font état au cours de ceconflit de 20 000 morts à cause des gaz de combat sur le front occidental, bilan relativement réduit sur le plan numérique[2]. L’arme chimique s’est en fait imposée comme une arme de harcèlement, d’une efficacité modérée sur le plan tactique, mais redoutable quant aux effets psychologiques.
La communauté internationale, confrontée à cette menace, se dota en 1925 du Protocole de Genève, interdisant unemploi en premier des gaz de combat. Toutefois, les scientifiques poursuivirent des recherches approfondies afin d’augmenter l’efficacité des toxiques de guerre et d’améliorer les capacités défensives de leurs pays respectifs, hissant ainsi les armes chimiques dans les premiers rangs de la course aux armements durant la Guerre Froide.
Malgré cette escalade scientifique, de rares casd’utilisation ont été constatés clairement, et il faudra la guerre Iran-Irak en 1982 pour éveiller à nouveau l’intérêt de l’opinion mondiale sur la menace chimique. Dix ans plus tard, au cours de la première Guerre du Golfe, l’Irak faisait explicitement peser sur la coalition internationale une menace chimique avérée. Qualifié par le Colonel Mayer d’ « événement majeur de l’histoire de la guerre chimique[3] »,cette posture irakienne (qui n’a pas été mise à exécution) est venue accréditer le risque de menace chimique dans le cadre de conflits asymétriques, rendue possible par les effets tactiques et psychologiques des agents chimiques mais aussi par le coût relativement faible des capacités de développement et de production. C’est dans ce contexte et afin de contrer au plus tôt ce risque rendu prégnantque fut signé en 1993 la Convention d’Interdiction des Armes Chimiques (Chemical Weapon Convention ou CWC), visant cette fois à une destruction pure et simple, planifiée et contrôlée, des stocks existants, mais également à un contrôle de la prolifération des armes et technologies chimiques. Toutefois, le risque subsiste qu’un état non partie à la convention maintienne un stock d’armes, endéveloppe ou à l’extrême en vienne à les employer contre un autre état, voire contre une communauté au sein des frontières mêmes de l’état.
Au lendemain des évènements du 11 septembre 2001, la prise de conscience de l’ampleur de la menace terroriste et la désignation d’Etats voyous (« Rogue states ») par le président Bush amène à considérer le risque d’une menace radiologique, biologique ou...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Analyse de contrôle de la décontamination chimique
  • L'armement américain
  • la france et l'armement
  • un bateau negrier de l'armement au dividende
  • Les fonctions chimiques
  • La castration chimique
  • Un système chimique
  • Cinetique chimique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !