Détermination de l’epargne chez les néoclassiques et keynes

Pages: 5 (1193 mots) Publié le: 17 juin 2012
Sujet : Différences dans la détermination de l’Epargne chez les néoclassiques et Keynes et implications quant au bouclage macroéconomique.
Introduction :
[…]
Faut-il rendre l’Epargne plus efficace pour le bon fonctionnement de l’économie ou bien pousser à consommer pour des revenus futurs d’Epargne ?
Dans cette perspective deux courants idéologiques s’opposent, d’une part les néoclassiquesqui incitent à l’Epargne pour pourvoir aux besoins de l’activité économique, en stimulant du côté de l’offre. D’une autre, les Keynésiens préconisent l’impulsion de la consommation du côté de la demande afin d’atteindre les objectifs des grands variables macroéconomiques. C’est-à-dire l’emploi, la croissance, la stabilité des prix, le faible taux de chômage et la balance commerciale excédentairecomme le souligne le carré magique de Kaldor.
Dans une première partie, l’on démontrera que les déterminants de l’Epargne se situent du côté de l’offre et que sa sollicitation entraine la redynamisation l’économie. La deuxième partie montrera que l’Epargne prend pour origine du côté de la demande et que son stimulus est bénéfique quant au bouclage macroéconomique, elle s’inscrit en faux contre lesthéories néoclassiques.

I- Rendre l’Epargne plus efficace du côté offre permet de redynamiser l’économie :

A- La reprise de la « loi des débouchées » :
Les néoclassiques reprennent la théorie de l’économiste Jean Baptiste Say qui stipule que « toute offre crée sa propre demande » et pensent que le fonctionnement normal des marchés mène à un équilibre général entre l’offre et la demande.La monnaie détenue pour elle-même est un voile car elle est uniquement destinée à acquérir des biens, motif de transaction. En effet la somme d’argent détenue par les consommateurs égalise la valeur des marchandises sur le marché. Les phénomènes de fuite monétaire de thésaurisation ne peuvent exister. L’achat et la vente sont considérés comme un seul et même phénomène et le niveau de prix n’a pasd’importance. La monnaie est alors neutre et ne joue pas un rôle actif sur l’activité réelle.
La loi des débouchés affirme également que l’Investissement est égal à l’Epargne car les produits fabriqués sont soient des biens de consommation à usage direct, soient des biens de production correspondant à des investissements. Les revenus générés par ces ventes vont être épargnés ou investis. Lesnéoclassiques vont au-delà de cette définition et expliquent la formation de l’Epargne comme une résultante des mécanismes de marché.

B- L’égalité entre l’Epargne et investissement découle d’un processus du marché :
La détermination de l’Epargne connait deux phénomènes distincts que sont : d’une part l’offre des biens de capitaux détenus par les consommateurs après renonciation de la consommationprésente en vue d’une consommation future plus importante, d’une autre la demande de biens de capitaux des producteurs qui cherchent à optimiser leur production.
Le taux d’intérêt est la variable qui égalise l’offre et la demande sur le marché. Il correspond à la rémunération du capital suite à la renonciation à une consommation actuelle. Il existe toujours un taux d’intérêt d’équilibre carl’Epargne est une fonction croissante du taux d’intérêt, c’est-à-dire plus le taux d’intérêt augmente, plus les consommateurs vont être plus enclins à Epargner, car la rémunération future devient plus attractive. L’investissement est une fonction décroissante du taux d’intérêt car plus l’emprunt des capitaux coûtent cher, moins il y aura d’investissements rentables.
Le taux d’intérêt est donc l’uniquedéterminant de l’Epargne car un taux d’intérêt élevé favorise la propension à épargner des ménages. Plus le taux d’intérêt est élevé, plus l’économie trouvera les ressources nécessaires pour financer les investissements. Les néoclassiques veulent donc favoriser l’Epargne des ménages car plus le niveau d’épargne est important, plus l’offre de capital devient importante, une abondance de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Keynes et les neoclassiques
  • La valeur chez les néoclassiques
  • Valeur chez les neoclassique
  • La monnaie chez keynes et friedman
  • L'effet multiplicateur chez keynes
  • Détermination et rôle du profit chez les classiques et chez marx
  • Dissertation croissance et investissement chez keynes
  • Sous emploi et demande chez john maynard keynes

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !