De la connaissance du sens

2105 mots 9 pages
De l’anticipation dans la connaissance par les sens texte d'Alain proposé par ENSA marseille

Alain (Émile Chartier), Éléments de philosophie, Livre premier, Chapitre I.1

L'idée naïve de chacun, c'est qu'un paysage se présente à nous comme un objet auquel nous ne pouvons rien changer, et que nous n'avons qu'à en recevoir l'empreinte. Ce sont les fous seulement, selon l'opinion commune, qui verront dans cet univers étalé des objets qui n'y sont point ; et ceux qui, par jeu, voudraient mêler leurs imaginations aux choses sont des artistes en paroles surtout, et qui ne trompent personne. Quant aux prévisions que chacun fait, comme d'attendre un cavalier si l'on entend seulement le pas du cheval, elles n'ont jamais forme d'objet2 ; je ne vois pas ce cheval tant qu'il n'est pas visible par les jeux de lumière ; et quand je dis que j'imagine le cheval, je forme tout au plus une esquisse sans solidité, une esquisse que je ne puis fixer. Telle est l'idée naïve de la perception.
Mais, sur cet exemple même, la critique peut déjà s'exercer. Si la vue est gênée par le brouillard, ou s’il fait nuit, et s'il se présente quelque forme mal dessinée qui ressemble un peu à un cheval, ne jurerait-on pas quelquefois qu'on l'a réellement vu, alors qu'il n'en est rien ? Ici, une anticipation, vraie ou fausse, peut bien prendre l'apparence d'un objet. Mais ne discutons pas si la chose perçue est alors changée ou non, ou si c'est seulement notre langage qui nous jette dans l’erreur ; car il y a mieux à dire, sommairement ceci, que tout est anticipation dans la perception des choses.

Examinons bien. Cet horizon lointain, je ne le vois pas lointain ; je juge qu'il est loin d'après sa couleur, d'après la grandeur relative des choses que j'y vois, d'après la confusion des détails, et l'interposition d'autres objets qui me le cachent en partie. Ce qui prouve qu'ici je juge, c'est que les peintres savent bien me donner cette perception d'une montagne lointaine, en

en relation

  • les sens et les connaissances
    1917 mots | 8 pages
  • Disseration SENS et CONNAISSANCES
    1516 mots | 7 pages
  • Les sens nous fournissent-ils toutes nos connaissances?
    1944 mots | 8 pages
  • Dissert philo - sens et connaissance
    1591 mots | 7 pages
  • Les sens sont-ils suffisants pour fournir toutes nos connaissances?
    1141 mots | 5 pages
  • Les sens ne sont-ils pas suffisants pour fournir toutes nos connaissances
    867 mots | 4 pages
  • Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances?
    1694 mots | 7 pages
  • Les sens ne sont-ils pas suffisant pour nous fournir toute nos connaissances?
    5607 mots | 23 pages
  • Les sens suffiraient-ils a l’acquisition des connaissances ?
    839 mots | 4 pages
  • Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ?
    2638 mots | 11 pages