De quoi les s ries am ricaines sont elles le symptome

1974 mots 8 pages
5- De quoi les séries americaines sont-elles le symptôme ?
Francois JOST
CNRS Editions

1- Les séries américaines connaissent un succès fulgurant. Francois JOST tente de découvrir les raisons d'un tel succès. Selon lui, les séries américaines permettent aux téléspéctateurs, d'apprendre sur le monde et sur l'Autre. De plus cela leur permet de combler un manque et de se sentier concerner par la vie et les problèmes du héros.

2- La devise HBO "it's not TV" montre que les séries se distinguent de la télévision. La télévision est un "flux incessant d'images et de sons". Les séries sont presque des oeuvres d'Art à l'egal d'un film. La preuve en est qu'on les regarde après coup.

3- Le slogan "Au moins quand vous regardez Canal+ vous n'êtes pas devant la télévision" vise le même objectif qu'HBO. Il s'agit de montrer que Canal+ se distingue des autres chaines de télévision qui diffusent des pogrammes qui n'apportent rien aux téléspéctateurs.
La chaine propose des séries avec de réelles intrigues et des personnages beaucoup plus complexes.
En cela, Canal+ devient de plus en plus une chaine artistique que commerciale, ce qui explique qu'il faille un abonnement et qu'il y ai beaucoup moins de publicité.

4- Francois JOST essaie de comprendre pourquoi les séries ont connu un tel engouement. Certes, les séries obeissent à des codes au niveau du rythme des épisodes, pour suciter l'interrogation des téléspéctateurs par exemple. Cependant, "la réussite d'une série est moins dans les procédé qu'elle emploi que dans le bénéfice symbolique qu'elle procure".
Le bénéfice symbolique des séries est tout d'abord le plaisir que provoque en nous la répétition. On peut tirer cela de notre enfance. L'enfant aime qu'on lui répète son conte préféré car il évoque en lui quelque chose de fort et lui apporte une leçon.
De plus, il s'agit d'analyser la relation que ces séries instaurent avec le téléspéctateurs.

5- Dans les séries, l'actualité a deux visages. Tout d'abord, la dispersion.

en relation

  • Mon sboub
    80924 mots | 324 pages