Dionysisme et démonisme

Pages: 17 (4237 mots) Publié le: 14 août 2010
La Renaissance témoigne d’une résurgence allégorique du dieu grec Dionysos sous ses deux facettes : le dieu sage que récupèrent les néoplatoniciens et humanistes comme Marcile Ficin et Pic de la Mirandole pour leur théologie mystique1, et le dieu sauvage à la face grimaçante, associé à l’excès et au démonisme comme le Bacchus de Michel-Ange. L’assimilation du dieu à la figure du diable et lacomparaison de ses orgies aux sabbats sont des faits attestés par un bon nombre d’historiens2. C’est cet aspect là qui fera l’objet de cette étude.

Au-delà de ce retour perceptible du phénomène du dionysisme à la Renaissance, il est possible de comprendre l’action tragique au théâtre comme intrinsèquement dionysiaque de par le lien étroit voire ombilical qui existe entre le genre dramatique et ledieu grec. Dionysos donne leurs tons aux drames satyriques et aux tragédies grecques représentées lors des festivités culturelles connues sous le nom des Grandes Dionysies. Ces tragédies où les extrêmes sont permis mettent en scène des héros en proie à des tourments intérieurs et visualisés par la désarticulation ou la mutilation du corps, souvent sous l’emprise de la démence. Ces personnagessemblent revivre ce que les ménades mythiques, accompagnatrices de Dionysos, auraient vécu dans les montagnes : la possession collective au cours de laquelle s’allient chants orgiaques, danse échevelée, chasse et ingestion d’animaux3. Le renouveau du dionysisme sous les auspices du démonisme à la Renaissance ainsi que l’essence bachique de la tragédie permettent de comprendre l’excès dans le Macbeth deShakespeare selon un mode syncrétique où le Mal judéo-chrétien s’aligne sur le modèle païen du dionysisme.

Connu essentiellement comme le dieu du théâtre, du vin et de l’extase (extase double car mystique ou meurtrière selon qu’on est adepte ou pas de ses rites), Dionysos est aussi un dieu à la personnalité insaisissable et qui échappe à toute définition figée en vertu des multiplescontradictions qui le caractérisent. Il est l’étranger qui devient familier au cœur de toutes les villes qu’il traverse lors de son périple en Asie et en Orient, notamment à Thèbes comme Euripide le met en scène dans Les Bacchantes4. Il est par excellence le dieu qui surgit de nulle part, de l’ailleurs, pour venir balayer de sa fureur la civilité des villes grecques. Son épiphanie est aussi surprenante quedésastreuse. En dépit de toute surveillance et de tout contrôle, Dionysos, dans la société gréco-romaine aussi bien que dans la tragédie d’Euripide, réussit à implanter son culte, à le propager et, dans le cas des Bacchantes, à détruire la polis ou la cité qui lui résiste. Dans la Grèce fragilisée par la guerre du Péloponnèse (431-404 av. J-C), comme plus tard dans Rome pendant la deuxième guerrepunique (219-210 av. J-C), le dionysisme vient recruter des néophytes dans les cités et même dans Athènes, la plus apollinienne d’entre elles. Malgré sa domestication et son intégration surveillée dans le cadre festif des Grandes Dionysies, son débordement demeure inévitable et le nombre des confréries dionysiaques se démultiplie. Tite-Live rapporte dans son Histoire romaine que malgré la loiromaine de 186 av. J-C qui interdit les bacchanales illicites, ces pratiques orgiaques nocturnes continuent de plus belle. L’irruption de Dionysos aussi bien dans le mythe que dans l’histoire rappelle à bien des égards celle des sorcières dans Macbeth. Dans un monde apparemment rationnel, organisé selon des lois pré-établies (notamment un système politique féodal) ou encore régi selon le principeapollinien dans la terminologie nietzschéenne, les sorcières marquent symboliquement l’irruption de l’irrationnel, du chaotique ou encore du dionysiaque ou du dionysien (que Nietzsche oppose au principe apollinien dans La Naissance de la Tragédie)5. Mais elles s’introduisent aussi à cause des fissures d’un État fragilisé par la guerre contre l’ennemi norvégien.

De par leur physique androgyne et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !