Droit social québécois

Pages: 7 (1615 mots) Publié le: 29 novembre 2010
Travail final droit social
Question 1 :
Formation professionnelle 
Contrairement à ce que certaine idéologie ou législation laisse entendre, la formation professionnelle plutôt que de servir les intérêts des compagnies devrait être orientée envers la société et l’individu. Il serait faux de séparer la formation et l’éducation, c’est ce qui ressort de la Convention (142) de l’OIT sur la mise envaleur des ressources humaines (1975). En effet dans cette convention on y considère que l’individu devrait être considéré aux yeux de l’État comme une ressource humaine potentielle qui peut lui être utile sans toutefois qu’il y aille un lien d’emploi immédiat et c’est dans ce sens que doit s’apprécier le droit à la formation et à l’orientation professionnelle, comme un droit de la personne.Toujours dans cet optique ce droit doit être développé autour d’une vision à long terme et il est il irait à l’encontre de ce droit de préféré l’acquisition de compétences spécifique à un emploi disponible maintenant, les programmes doivent favoriser la formation durable à l’insertion rapide sur le marché du travail qui ne dure souvent qu’à court terme.
Suite aux modifications législatives de 1995à 1997, tant au niveau fédéral que provincial, en matière de formation et d’insertion professionnelle et sociale, il y a une nette réduction de principe de l’éducation dans les nouvelles lois à cet effet. Cette diminution de la place de l’éducation dans la législation québécoise se voit à travers des lois telles que la loi favorisant le développement de la formation de la main d’œuvre ou la loisur le soutien du revenu et favorisant l’emploi et la solidarité sociale par exemple. Le manque d’investissement dans l’éducation explique le grand nombre de travailleurs sans emploi, et pour qu’il y a des résultats important dans ce domaine il faut miser sur un investissement massif public.
En 1988, le Québec reçoit la permission du Canada d’ajouter, aux prestataires de la Loi sur la sécurité durevenu, des prestations de dernier recours mais à condition qu’ils se soumettent à des mesures actives d’emploi.
Le nombre grandissant des prestataires de l’aide sociale à entrainé la création d’un système à deux vitesses pour les sans-emploi au Québec, l’augmentation de l’imposition de la contrainte à l’insertion sociale et à l’emploi à elle entrainé une discrimination car cette dernière étaitseulement imposée aux chômeurs non-éligibles au programme fédéral d’assurance chômage qui reçoivent des prestations d’aide de derniers recours. On fait ainsi une catégorisation entre deux groupes : les éligibles au programme d’assurance chômage et les non éligibles auxquels on impose une contrainte pour recevoir les prestations d’aide de dernier recours. En quelque sorte ils doivent se montréméritant pour obtenir cette aide du gouvernement.
Les syndicats ont contribué à la gestion de la Caisse fédérale d’assurance-chômage, mais pourtant ces derniers, tout comme le gouvernement, fait une discrimination, une catégorisation pour être plus exact, il y a les vrais chômeurs et les autres. On valorise plus les personnes qui contribuent aux régimes de protection sociale, mais ils sont cependantréservés aux travailleurs.
Les assistés sociaux doivent vivre, ou plutôt survivre puisqu’en 1994 au Québec on parle de 500$ à 662$ pour une personne seule ce qui est loin en dessous des seuils de pauvreté reconnus, et en plus survivre aux préjugés associés à leur situation. Il y a une véritable exclusion sociale, économique et personnelle associée au statut d’assisté social, ces personnes sesentent étiquetées à travers les mesures prises pour les « aider », ils ne se sentent pas soutenus et reconnus par la société en tant que personnes ayant du potentiel et ayant droit à la dignité. Des mesures étant axées sur l’éducation jointes à la formation professionnelle et l’insertion sociale permettraient une valorisation de ses personnes en tant que membre de la société.
Par ailleurs la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La charte sur les droits et valeurs québécois
  • Droit québécois, l'affaire roncarelli
  • La responsabilité civile en droit civil québécois
  • Droit social
  • Droit social
  • Droit social
  • Droit social
  • Droit social

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !