Du bellay, « que n’ai-je la harpe thracienne (…) »

Pages: 9 (2042 mots) Publié le: 3 mai 2013
Du Bellay, « Que n’ai-je la harpe thracienne (…) »

Il s'agit ici d'un sonnet de Joachim du Bellay (1522-1560), poète de la Pléiade, extrait des Antiquités de Rome. Dès le titre du recueil on devine l'objectif du poète qui est ici réaffirmé dans son poème : retrouver un passé prestigieux, faire revivre la civilisation romaine qui est à la source de notre culture. Nourrie de l'art antique et deréférences mythologiques, la poésie répond ainsi à l'ambition des humanistes. Ce sonnet de du Bellay exprime donc les ambitions du poète qui se veut digne héritier des plus grands noms, en commençant par la figure mythique d'Orphée.

On se demandera donc que qu'elle figure du poète du Bellay nous présente ici.

I. Du Bellay propose une image prestigieuse du poète

Le recours au mytheDu Bellay construit une image prestigieuse du poète en s'appuyant sur la tradition mythique et la renommée des grands poètes de l'Antiquité. Il met ainsi en évidence des exemples à suivre, à imiter (il reprend ici la théorie de l’imitation défendue dans son manifeste : Défense et illustration de la langue française).

La première strophe est une évocation du mythe d'Orphée considéré comme lafigure emblématique du poète : il est le poète par excellence et la référence de tous ceux qui se prétendent poète. On le reconnaît ici à travers son attribut : la harpe (ou plutôt la lyre) et la référence à son origine géographique : la Thrace. Il représente l'association entre la parole (le chant) et la musique capable d'émouvoir aussi bien les hommes, que les animaux, les arbres, les rochers etles dieux : il apaisait les éléments déchaînés, calmait les tempêtes : il est l'emblème de la poésie lyrique.

On le reconnaît également à travers l'un des épisodes de son mythe : en effet Orphée est allé aux enfers pour ramener sa femme Eurydice dans le monde des vivants : Orphée sut exprimer son incommensurable douleur de manière assez persuasive pour obtenir du dieu des enfers la permission deramener Eurydice, à condition de ne pas se retourner avant de l'avoir ramenée au monde des vivants. On retrouve au vers 2 la référence aux enfers, et au vers 3, le peuple des « ombres » évoque les esprits des morts descendus aux enfers.

Pourquoi cette référence à Orphée ? ( Du Bellay veut être comme lui, car il représente une figure prestigieuse dotée d’un grand pouvoir.

Du Bellay sedéfinit donc comme un nouvel Orphée du fait de la similitude de sa mission : tout comme Orphée voulait ramener Eurydice, du Bellay rappelle les grandes figures de l'histoire romaine : les « vieux Césars » (vers 3) : l'adjectif « vieux » rappelle la distance dans le temps et le risque d'oubli : Du Bellay va donc ressusciter les figures du passé ; et au vers 4 : les « bâtisseurs » évoquent le retour àl'origine d'une ville qui impressionne par sa destinée, c'est la ville de Rome, dont la légende veut qu’elle ait été fondée par Romulus.

Du Bellay propose donc un voyage dans le temps, le passé, qui est d'ailleurs rappelé par le titre du recueil : Les Antiquités de Rome : c'est son passé prestigieux qui fait rêver Du Bellay (bien plus qu'un présent décevant comme il le décrit dans son recueilintitulé Les Regrets). L’hypallage « paresseux » met en évidence l’effort nécessaire, le travail qui permet de faire surgir de l'oubli ce passé lointain. Grâce à la poésie, le poète peut donc faire revivre le passé.

La 2e strophe rappelle un autre mythe dont le héros est également un musicien hors pair : l’adjectif « amphionnienne » est un néologisme et renvoie à Amphion, roi de Thèbes, fils de Zeuset d'Antiope. Ce qui caractérise c’est le groupe nominal : « un accord plus heureux » qui fait référence à l'efficacité de la musique, en effet, selon le mythe, Amphion a construit les murs de Thèbes à l’aide de la musique tirée de sa lyre : il déplaçait ainsi les blocs de pierre, grâce au son de sa lyre les pierres se rangeaient d'elles-mêmes pour former un mur. De même, Du Bellay se propose,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire "que n'ai-je la harpe thracienne" de du bellay
  • que n'ai-je encor la harpe thracienne
  • La harpe
  • La harpe
  • Du bellay
  • Du bellay
  • Du bellay
  • Du bellay

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !