Etude du chapitre 12 de "frankestein"

910 mots 4 pages
Chapitre 12 – Frankestein (Mary Shelley)

La créature poursuit son récit de son histoire à Victor dans une grotte des Alpes. Nous apprenons tout d’abord qu’elle poursuit ses observations comme un scientifique (héritage de Victor ?) qui mène une expérience. Il décrit à nouveau la vie des habitants du cottage et l’amour qui unit ses voisins. Mais il découvre rapidement que ceux-ci ne sont pas heureux : il pense immédiatement à une sorte de "hiérarchie" du bonheur entre ces êtres humains et lui-même (ces "adorables créatures" sont "malheureuses" alors que lui, un "être imparfait et solitaire" est "misérable"). Nous pouvons voir que le monstre est comme un enfant : il est émerveillé lorsqu’il voit quelque chose qu’il ne connaît pas ("charmante maison à mes yeux", "délicieux", "excellent", "apprécié"). Il commence à analyser ce qu’il voit : la famille est malheureuse parce qu’elle est pauvre. Le monstre ressent alors un autre sentiment humain, le remords. Il regrette d’avoir volé leur nourriture, et décide donc de chercher de quoi subsister par ses propres moyens. Il devient donc peu à peu autonome et adulte. La créature est émue par la solidarité et l’assistance mutuelle : dès qu’il comprit comment utiliser les outils des jeunes homes, il donna du bois à la famille en pleine nuit dans le plus grand secret. Il ressent alors du "plaisir" lorsqu’il voit que les habitants du cottage sont heureux de découvrir pareil présent, ce qui traduit une réelle volonté de venir en aide à son prochain (il semble alors bien plus humain que ceux qui l’ont chassé en lui jetant des pierres). La créature commence à comprendre les mécanismes du langage ("sons articulés") et que les mots peuvent produire des émotions positives ou négatives sur ceux qui écoutent la personne qui parle. Pour lui, c’est une "science" divine (lien entre Dieu et la science/Victor ?). Il est comme un bébé : il veut apprendre à parler mais n’y arrive pas pour le moment. Il doit tout d’abord écouter les mots pour

en relation

  • Socio générale
    64286 mots | 258 pages