Etude des chapitres 9 et 10 de "frankestein"

1882 mots 8 pages
Chapitres 9 et 10 – Frankestein (Mary Shelley)

Chapitre 9

Victor commence la narration de ce chapitre en décrivant ses émotions. Pour lui, il y a une véritable injustice envers Justine, car elle est morte alors que les responsables de son exécution, Victor et la créature, sont toujours en vie. Il ressent du "désespoir", de "l’angoisse", tout comme une âme errante. Il se sent comme le monstre : avant ses expérimentations, il était "bon", mais il est devenu "mauvais" tant ce qu’il a fait est horrible. Tous ces évènements influent sur sa santé, qui se dégrade. M. Frankestein décide donc d’intervenir auprès de Victor afin de l’aider à surmonter sa peine. Il lui conseille de "réfréner" son chagrin, car c’est un "devoir" pour les "survivants" et parce que s’il n’arrive pas à suivre ce conseil, il ne pourra jamais être heureux et trouver sa place dans la société. En effet, selon lui, la tristesse décourage à l’idée de travailler. Pourtant, Victor n’arrive pas à appliquer cette recommandation, car ce n’est pas seulement la peine d’avoir perdu William et Justine, mais aussi le poids de sa responsabilité dans ces deux disparitions qui le hantent. Désormais, il sait que sa faiblesse perpétuelle l’exclura à tout jamais de la société.

Nous apprenons ensuite que la famille Frankestein a décidé de déménager et part à la campagne, à Belrive ; un retour à la nature qui fait Victor se sentir "libre" (il peut sortir quand il le souhaite). Néanmoins, même l’apaisement procuré par la nature le perturbe : il songe à se suicider alors qu’il navigue sur un lac, car il est la "seule chose anxieuse" qui trouble ce paysage paisible et idyllique. Mais le désir de protéger sa famille de sa créature l’empêche de commettre l’irréparable. Nous pouvons donc voir que la relation qui unit Victor au monstre est très complexe : à cause de la créature, le jeune homme souhaite mourir, mais quand il pense au danger qu’elle représente pour sa famille et la société, il cesse de songer à se

en relation

  • Socio générale
    64286 mots | 258 pages